adolescent-covid
— Darren Baker / Shutterstock.com

L’examen de scanners pré-pandémie et post-confinement a permis la mise en évidence de changements significatifs dans le cerveau des adolescents, correspondant à un vieillissement prématuré de ce dernier.

Un vieillissement accéléré d’environ trois ans

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Biological Psychiatry : Global Open Science,
les chercheurs américains ont comparé les scanners IRM pré-pandémie de 81 adolescents américains, réalisés entre novembre 2016 et novembre 2019, à ceux de 82 de leurs homologues effectués entre octobre 2020 et mars 2022, pendant la pandémie mais après la levée du confinement.

Après avoir trié 64 volontaires issus des deux groupes et classés selon leur âge et leur sexe, l’équipe a constaté que les changements physiques dans le cerveau se produisant pendant l’adolescence, tels que l’amincissement du cortex et le développement de l’hippocampe et de l’amygdale, étaient plus importants dans le groupe post-confinement que dans le groupe pré-pandémie, suggérant que ces processus s’étaient accélérés. En d’autres termes, leur cerveau semblait avoir vieilli plus vite.

« Ces changements correspondaient à un vieillissement accéléré d’environ trois ans », souligne Ian Gotlib, chercheur à l’université Stanford et auteur principal de l’étude. « Nous ne nous attendions pas à une différence aussi importante étant donné que le confinement a duré moins d’un an. »

femme fatiguée
— fizkes / Shutterstock.com

Originaires de la baie de San Francisco, l’ensemble des participants avait initialement accepté de prendre part à une étude portant sur l’impact du stress sur la santé mentale à la puberté. De façon frappante, les membres du groupe post-confinement ont fait état de symptômes d’anxiété, de dépression et de problèmes d’interiorisation plus marqués.

Des changements probablement dus aux impacts psychologiques de la pandémie

Ces résultats appuient ceux d’études antérieures ayant exploré les impacts de la pandémie sur la santé mentale des adolescents. « La détérioration de la santé mentale s’accompagne de changements physiques dans le cerveau des adolescents, probablement en raison du stress de la pandémie », souligne Gotlib.

À ce stade, les chercheurs ignorent si ces changements rapides s’avèreront globalement bénéfiques (certains d’entre eux étaient liés à de meilleurs résultats lors de tests d’intelligence) ou négatifs à plus long terme. En raison de l’extrême plasticité du cerveau, il est également possible qu’ils se résorbent.

De nouveaux scanners cérébraux des sujets qui présentaient un vieillissement accéléré seront réalisés à 20 ans afin d’en savoir plus.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments