syndrome rare
— SpeedKingz / Shutterstock.com

Des médecins ont récemment décrit le cas d’un octogénaire persuadé que les événements et situations qu’il vivait quotidiennement étaient des répétitions d’expériences antérieures.

Une forme pathologique de déjà-vu

Le patient avait été examiné après avoir commencé à se comporter de manière étrange. Pensant que sa liseuse était défectueuse et affichait toujours les mêmes ouvrages, il avait contacté le fabricant à ce sujet et également demandé l’intervention d’un technicien car son téléviseur diffusait sans cesse les mêmes informations. Il s’est rapidement avéré que cette sensation concernait tous les aspects de son quotidien.

« Chaque jour est une répétition du précédent… Chaque session [de télévision] est identique », avait-il expliqué à ses médecins. « Où que j’aille, je vois les mêmes individus sur le bord de la route, les mêmes voitures derrière moi avec les mêmes personnes à l’intérieur… lorsqu’elles en sortent, elles portent les mêmes vêtements, les mêmes sacs, disent les mêmes choses… rien n’est nouveau. »

Les différents tests cognitifs réalisés ont montré que l’homme souffrait de graves problèmes de mémoire (notamment verbale), tandis que des scanners cérébraux ont révélé des signes de la maladie d’Alzheimer. Selon les auteurs du rapport de cas, publié dans la revue BMJ Case Reports, il s’agit d’une forme pathologique de déjà-vu.

horloge-atomique
— Martin Capek / Shutterstock.com

Décrite à plusieurs reprises dans la littérature médicale depuis la fin du XIXe siècle, celle-ci n’est pas systématiquement liée à la démence. Un cas particulièrement frappant concernait un soldat atteint de neuropaludisme. Persuadé de revivre constamment les mêmes événements et de relire les mêmes nouvelles, celui-ci était également convaincu que la cérémonie de mariage de son frère était une mise en scène.

Pas de fin heureuse

Contrairement à la comédie romantique américaine Un jour sans fin, où le protagoniste principal se retrouve bloqué dans une boucle temporelle, le « déjà vécu » n’a pas de fin heureuse, comme l’explique un rapport de cas similaire.

« L’affection est généralement compliquée par le développement d’une confabulation récollective, c’est-à-dire la tendance à inventer des histoires pour fournir des explications apparemment logiques à sa situation difficile. Les conflits qui s’ensuivent avec l’environnement social et l’incapacité à répondre aux exigences professionnelles, sociales et domestiques peuvent entraîner une pathologie secondaire telle qu’un trouble dépressif ou une psychose. »

Bien que différentes approches (incluant l’immunothérapie) aient été utilisées pour tenter d’atténuer les symptômes dont souffrait l’octogénaire, aucun signe d’amélioration n’a été observé au cours des quatre années ayant suivi son diagnostic. Selon les médecins, sa démence a continué à progresser tandis que ses symptômes délirants sont restés omniprésents.

S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
okkk
okkk
3 mois

il n’a qu’à jouer au loto comme ca avant de se dire « c’est les mêmes numéros que la dernière fois » il les coche et il verra bien si ce sont vraiment les mêmes 😉