— Digital Storm / Shutterstock.com

Nombreuses sont les comptines de notre enfance loin d’être aussi innocentes qu’elles en ont l’air. Entre « au clair de la lune » qui évoque la prostitution ou « Jean Petit qui danse » qui évoque l’écartèlement d’un homme pendant la Révolution Française, ces chansons pour enfance sont parfois très cruelles. Mais c’est également le cas de la chanson « Il était un petit navire » qui sous ses aspects joyeux évoque en réalité une sombre histoire de cannibalisme.

Il était un petit navire était à l’origine une chanson de marin qui s’est transformée en comptine au XXème siècle. Cette chanson raconte l’histoire d’un navire sur lequel les denrées alimentaires commencent à manquer. Les matelots se résignent donc à tirer au sort celui qui sera mangé, et un jeune mousse est désigné. Sous un air gai se cache donc des paroles terribles:  » Il partit pour un long voyage / Sur la mer Méditerranée (refrain) / Au bout de cinq à six semaines / Les vivres vinrent à manquer (refrain) / On tira à la courte paille / Pour savoir qui serait mangé (refrain) / Le sort tomba sur le plus jeune / Le mousse qui s’mit à pleurer /Ohé ! Ohé ! (refrain) »

L’équipage anthropophage se concerte par la suite sur la façon dont le mousse sera saucé et préparé:  » On cherche alors à quelle sauce,Le pauvre enfant sera mangé / L’un voulait qu’on le mît à frire / L’autre voulait le fricasser,Ohé ! Ohé !  » Mais l’enfant fait une prière et est heureusement sauvé par des milliers de poissons sautant dans le navire et rassasiant ainsi l’équipage tout entier.

Cette comptine a donc une fin heureuse et moins traumatisante pour des enfants. Cependant, elle n’est pas sans rappeler une histoire vraie et avec une issue beaucoup moins joyeuse: il s’agit de celle d’Owen Coffin, un jeune matelot américain de près 18 ans travaillant à bord de l’Essex, un baleinier, en 1819. Ce bateau finit malheureusement par percuter une baleine, provoquant son naufrage. L’équipage parvient à survivre en embarquant sur des baleinières approvisionnées pour deux mois. Malheureusement, il n’est pas secouru dans les temps et les provisions viennent à manquer.

De nombreuses personnes meurent et les survivants consomment leurs chairs. Il reste à la fin neuf membres d’équipage seulement, et plus aucune ressource n’est disponible. Un tirage au sort est donc effectué pour savoir qui serait mangé, et le sort tombe sur le plus jeune: Owen Coffin, qui accepte de se sacrifier afin que ses compagnons puissent survivre. Cette histoire aurait fortement inspiré Herman Melville pour écrire son roman Moby Dick, publié en 1851. Elle rappellent également le naufrage de la Méduse, dont un célèbre tableau fut tiré: Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de