cancer
― Mark_Kostich / Shutterstock.com

Chaque année à l’origine de plus de dix millions de décès, le cancer est l’une des principales causes de mortalité dans le monde. Selon de nouvelles recherches scientifiques, de plus en plus de personnes de moins de cinquante ans contractent la maladie. Une tendance particulièrement inquiétante.

Des données collectées sur plusieurs années

Une étude publiée dans la revue Nature Reviews Clinical Oncology révèle que les cancers chez les moins de 50 ans augmentent de manière spectaculaire.

Cette étude scientifique a été menée par des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital de Boston, aux États-Unis. Ces derniers ont collecté des données sur des personnes de moins de cinquante ans dans différentes régions du monde entre 2000 et 2012. Ils ont ainsi constaté que le risque de développer un cancer pour cette proportion de la population augmente à chaque génération.

Les scientifiques expliquent que les personnes nées en 1960, par exemple, ont un risque plus élevé de développer un cancer avant leur cinquantième anniversaire que les personnes nées en 1950. « Nous prévoyons que ce niveau de risque va continuer à augmenter dans les générations successives », ont-ils ajouté.

Cancer
— Rido / Shutterstock.com

Plusieurs cancers liés au système digestif

L’étude souligne que la hausse d’incidence concerne principalement 14 types de cancer (sein, colorectal, endomètre, œsophage, canaux biliaires, vésicule biliaire, tête et cou, rein, foie, moelle osseuse, pancréas, prostate, estomac et thyroïde). Parmi tous ces cancers, huit sont liés au système digestif.

Les chercheurs indiquent que cette tendance est en partie liée à l’augmentation de la consommation des aliments hautement transformés ou occidentalisés, ainsi qu’au changement de mode de vie, d’environnement et autres. En conséquence, l’augmentation du nombre de cas de cancer pourrait être bien plus élevée dans les pays à revenu faible et intermédiaire. L’on craint notamment une « pandémie de cancer » dans ces pays.

Enfin, les auteurs de l’étude indiquent qu’il est nécessaire de renforcer la sensibilisation du public. « Il existe une hypothèse raisonnable selon laquelle les interventions qui favorisent un mode de vie sain, y compris une alimentation saine, pourraient réduire le risque de cancer. Au-delà des efforts de prévention personnels, les interventions systématiques qui favorisent le recours au dépistage et un mode de vie plus sain au niveau sociétal pourraient potentiellement avoir un effet sur le risque de cancer », ont-ils indiqué.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Callicarpa
Callicarpa
1 mois

Un mode de vie plus sain, alimentation comprise. Pour qui ?
Pour les retraités dont le pouvoir d’achat représente 26% de moins. Egalement en y ajoutant l’inflation de presque 30% en 2 ans

Last edited 1 mois by Callicarpa