Le bunker censé préserver le patrimoine végétal de la Terre est victime du réchauffement climatique

Le « bunker de l’apocalypse » est en danger. Il existe en Norvège une réserve où sont entreposées des graines de chaque espèce en vue de nourrir la population mondiale en cas de désastre. Pourtant cet abri, censé résister aux pires catastrophes, est aujourd’hui attaqué par la fonte des glaces causée par le réchauffement climatique.

UNE ARCHE DE NOÉ VÉGÉTALE

La Global Seed Vault est un abri situé sur l’archipel norvégien de Svalbard à l’intérieur du cercle polaire. Dans cet énorme bunker sont entreposés plus de 10 000 échantillons de graines venant de 2000 variétés de plantes appartenant à plus de 300 espèces différentes. L’objectif de ce centre est de préserver la diversité génétique notamment en cas de catastrophe mondiale. De quoi permettre par exemple de reprendre une activité agricole même après une catastrophe naturelle qui détruirait nos cultures.

Afin de protéger au mieux ces graines, le centre a été construit comme une énorme chambre forte. Son « trésor » a été placé au coeur d’une montage de grès. Le bunker a été conçu pour résister à une chute d’avion ou a un missile nucléaire mais pourtant, moins de 10 ans après son ouverture, cette « Arche de Noé végétale » est déjà mise en danger.

LES CONSÉQUENCES DIRECTES DE LA HAUSSE DES TEMPÉRATURES

La Global Seed Vault a été pensée comme pouvant fonctionner sans l’intervention de l’homme. L’abri a été placé sur une île recouverte de permafrost, c’est à dire de sol gelé en permanence et donc entièrement imperméable. Ce permafrost permet ainsi de conserver les graines à la bonne température même sans électricité. Seul problème que les scientifiques n’avaient pas prévu, le permafrost est en train de fondre et conséquence directe, de l’eau s’infiltre dans le bunker.

2016 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée et l’Arctique a été tout particulièrement touchée par cette hausse des températures. Hege Njaa Aschim, membre du gouvernement norvégien, souligne qu’à aucun moment les équipes chargées du projet n’avaient imaginé une fonte du permafrost. Pourtant, le réchauffement a transformé en pluie les chutes de neige et a fait fondre une partie de la glace, provoquant des inondations au sein du bunker.

UN SIGNAL D’ALARME POUR LE MONDE ENTIER

Si ces inondations n’ont pas touché le coeur de l’abri, là où sont entreposées les graines, l’eau s’est tout de même écoulée le long du tunnel d’accès, avant de finir par geler. Une situation préoccupante surtout pour un abri sensé fonctionner sans intervention humaine. Pour faire face à cette situation, les scientifiques ont imperméabilisé le tunnel d’accès et installé des pompes à titre préventif.

Les équipes sur place s’inquiètent maintenant de l’avenir de ce centre. Si la fonte de la permafrost continue, d’autres interventions humaines risquent d’être nécessaires. Au-delà du seul cas de ce « bunker de l’apocalypse », cette histoire vient une nouvelle fois nous rappeler la réalité du réchauffement climatique et de ses conséquences directes sur notre planète.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux