Le bruit des bateaux à moteur a des conséquences dramatiques sur les bébés poissons

L’activité humaine peut avoir un impact sur le quotidien de nombreuses espèces animales, que ce soit en affectant leur environnement ou leur mode de vie. Cependant, elle peut aussi nuire à la prospérité des espèces, et c’est ce que subissent actuellement certains poissons. Une étude américaine démontre ainsi que le bruit des bateaux à moteur pousse certains poissons à ne plus s’occuper de leurs petits.

Des sons pas si inoffensifs

Si observer les poissons dans la nature est un plaisir pour de nombreux plongeurs, se rendre dans leur habitat peut avoir des conséquences plus graves que ce auquel on pense. Des chercheurs de l’université Exeter ont donc mené une expérience. Pendant 12 jours, ils ont fait écouter à des nids de poissons deux types d’enregistrements sonores.

L’un diffusait le son naturel d’un récif tandis que le second diffusait le bruit d’un moteur de bateau. Et le résultat de l’expérience est inquiétant : sur les 19 nids exposés au son de moteur, six ont vu leurs petits mourir très vite.

En quoi le bruit d’un bateau joue-t-il sur le comportement des poissons ?

Les poissons mâles, perturbés par le bruit des moteurs de bateau, sont déboussolés. A cause de ce son, ils perdent le sens des priorités au point de ne plus prendre soin de leurs petits. Ils ne les protègent plus des prédateurs, ne les nourrissent plus et n’interagissent pas avec ces derniers. Mais cela affectait aussi leur comportement général, les poussant à chasser davantage mais aussi à s’attaquer à des espèces « amicales ».

Tout comme chez les humains, le bruit est un facteur qui peut nuire à la santé. Et dans le cas des poissons, il nuit littéralement à la survie de l’espèce, devenant ainsi un nouveau polluant engendré par l’Homme. Pire encore : selon certains spécialistes, la pollution sonore des océans pourrait également affecter d’autres espèces de poissons, des mammifères voire des oiseaux. L’étude tend donc à alerter le monde de cette situation et de prendre des mesures pour sauver les animaux.

Comment faire pour protéger les poissons de cette pollution sonore ?

Le docteur Steve Simpson, l’un des auteurs de cette recherche affirme qu’elle « soulève des implications importantes pour la gestion du bruit des 100 000 bateaux à moteur utilisés dans le monde entier dans les environnements de récifs coralliens. »

« Nous considérons maintenant des zones et des couloirs silencieux acoustiques et explorons comment le développement du moteur et de l’hélice peut réduire l’impact de ce phénomène mondial polluant « . Une étape qui semble nécessaire pour préserver la survie des espèces marines et qui pourrait à terme permettre aux poissons de retrouver le calme qu’ils ont toujours connu.


Il faut aimer la vie, même dans ses formes les moins attirantes

— Cousteau