Une véritable catastrophe : les mines clandestines contaminent les populations indigènes au Brésil

L’Amazonie brésilienne possède une longue histoire de conflits entre les mineurs d’or et les populations autochtones, qui a souvent donné lieu à d’extrêmes violences contre les tribus éloignées. Mais cette conquête illégale de l’or a une répercussion moins visible : l’impact sur la santé des populations autochtones.

Le mercure, utilisé pour traiter l’or, est ensuite libéré dans l’environnement et se répercute sur la chaine alimentaire. Une récente étude menée par la Fondation Oswaldo Cruz s’est focalisée sur la contamination au mercure du peuple Yanomami au Nord du Brésil ainsi que du peuple Yekuana, installé dans une partie de l’Amazonie. Les chercheurs ont ainsi constaté que ces peuples vivant près des opérations minières illégales possédaient un fort taux de mercure dans le corps. Cette contamination au mercure est préoccupante et peut causer des problèmes neurologiques et moteurs tels que la perte de la vision ou des lésions fœtales permanentes.

Pour cela, les chercheurs ont analysé des échantillons de cheveux fournis volontairement par 239 Indiens issus de ces deux communautés. Parmi ceux examinés, les plus vulnérables étaient les enfants, les femmes en âge de procréer, et les personnes ayant été en contact direct avec les opérations minières d’or illégales. La communauté Yanomami, qui est la plus proche de sites miniers illégaux, a les résultats les plus alarmants puisque 92 % des personnes ont étés contaminées par des concentrations dangereuses de mercure.

Dans la communauté des Yekuana, les scientifiques ont constaté que sur 47 échantillons prélevés, 27 % ont montré des niveaux dangereux de mercure. La région Papiu, où les mineurs d’or sont rares, possède les taux les plus bas : sur 179 personnes autochtones interrogées, seulement 6 % ont été contaminées par le mercure.

Des enfants d'Amazonie via Shutterstock
Des enfants d’Amazonie via Shutterstock

 

« Nous en concluons que les différents taux de mercure sont causés par le niveau d’exposition et les interactions avec les régions d’exploitation minière », a déclaré Claudia Vega, une chercheuse faisant partie de l’étude. Les populations autochtones ingèrent du mercure, dans la plupart des cas par la consommation de poissons contaminés. La contamination affecte alors le système nerveux tout entier, en particulier le système nerveux central. Lors de l’exploration d’or, le mercure est mélangé avec du gravier et des sédiments et se lie alors à l’or, formant ainsi un alliage.

Celui-ci est ensuite chauffé puis s’évapore, laissant des pépites d’or. Le mercure vaporisé se condense de nouveau dans sa forme solide et disparait dans les cours d’eau. Malheureusement pour l’environnement et pour les populations autochtones, le mercure pénètre ensuite dans la chaîne alimentaire en contaminant les poissons, qui contaminent à leur tour les autochtones se nourrissant essentiellement de la pêche.

Un amazone via Shutterstock
Un Amazone via Shutterstock

« La présence de mineurs près des communautés a soulevé des préoccupations au sujet de la santé des populations autochtones. Les résultats des analyses ont été présentés aux Indiens et envoyés aux organes compétents », a déclaré Marcos de Oliveira Wesley, coordinateur de l’étude. L’invasion des terres Yanomami par les mineurs d’or a longtemps été un problème sérieux mais cette menace s’est aggravée ces derniers temps. On estime que 5 000 mineurs illégaux travaillent actuellement dans les territoires Yanomami. Les communautés autochtones ont appelé à la suppression immédiate de ces agissements ainsi qu’à des soins d’urgence et à long terme pour les personnes touchées par l’empoisonnement au mercure.

On estime que 200 tonnes de mercure sont rejetées chaque année dans l’environnement en raison de l’exploitation aurifère en Amérique latine, ce qui conduit non seulement à des conséquences graves sur la santé humaine mais aussi à la contamination des cours d’eau et à l’empoisonnement des plantes et des animaux. Selon un procureur local, « les conflits entre les tribus et les mineurs de diamants au cours des dernières années ont conduit à la violence, la corruption et à un véritable génocide culturel et social ».

Un indien vogue sur l'Amazone via Shutterstock
Un Indien vogue sur l’Amazone via Shutterstock
L'Amazone via Shutterstock
L’Amazone via Shutterstock

La situation est donc préoccupante pour le Brésil afin de maintenir en vie son patrimoine culturel et environnemental. Cependant, il n’en perd pas moins sa splendeur, que vous pouvez découvrir à travers le parc des Lençois, cet ensemble de dunes venant sublimer le littoral brésilien.


Il existe plus de 915 millions de manière d’emboîter 6 briques de LEGO de 2×4

— @DailyGeekShow