Rembourser à plus de 90 % le coût d’installation de jardins respectueux des abeilles et bourdons dès 2020. C’est une initiative encourageante du Minnesota, qui souhaite promouvoir une cohabitation respectueuse entre la nature et l’Homme.

La situation du bourdon à tache rousse

En Amérique du Nord, le Bombus affinis, plus communément appelé le bourdon à tache rousse, vit dans des zones boisées, des champs ou des prairies. L’espèce est cependant accoutumée aux parcs et aux jardins urbains depuis quelques années. Elle vit aujourd’hui en se nourrissant sur une grande variété de plantes.

Seulement voilà, depuis quelques décennies, l’espèce est considérée comme fortement menacée. Selon le US Fish and Wildlife Service (FWS), ce serait environ 90 % de la population qui se serait éteinte ces dernières années. La situation avait d’ailleurs inquiété les autorités au moment de sa mise en place sur la liste des espèces en danger d’extinction, en 2014. En effet, c’est la première fois qu’une espèce de bourdon faisait l’objet d’une telle mesure aux États-Unis. De plus, son rôle très important de pollinisateur était alors sujet à inquiétude.

Jusque dans le milieu et la fin des années 1990, ces insectes se trouvaient dans 31 États et quelques provinces canadiennes. Aujourd’hui, ils sont présents dans seulement 13 États américains, et la seule province d’Ontario au Canada. Mais les choses semblent aller de mieux en mieux pour l’espèce, d’après les dernières observations, jugées encourageantes. Le bourdon a par exemple été repéré dans des groupes bien plus importants ces dernières années, mais également dans des endroits qu’il ne fréquentait plus.

Bourdon à tache rousse / © Wikimedia : USGS Bee Inventory and Monitoring Lab

Quelles mesures pourraient aider cette espèce menacée ?

Depuis mai 2019, le Minnesota est un État qui fait des efforts constants afin de renforcer la population de cette espèce. Rappelons que le bourdon à tache rousse est l’une des premières espèces de bourdon d’Amérique du Nord à émerger dès le début du printemps, mais également l’une des dernières à hiberner. En conséquence, l’espèce a besoin d’accéder en permanence à une très grande diversité de fleurs.

La population de cette espèce a grandement décliné ces dernières décennies, et cela coïncide avec une perte de son habitat de 87 %. Ainsi, pour les sauver des effets nocifs des pesticides et des agents pathogènes, il convient de remédier à cela. Le Minnesota, principal État qui abrite cette espèce, a élevé l’animal au rang “de bourdon d’État du Minnesota”, afin de mieux le protéger. Également, l’Assemblée législative locale a approuvé des mesures de subventions aux propriétaires qui aménagent des habitats pour les pollinisateurs dans leur jardin. À hauteur de 900 000 $ (802 400 €) sur deux ans, le financement permettra de rembourser environ 75 à 90 % du coût d’aménagement. C’est une manière ingénieuse d’encourager les habitants à cultiver un environnement sain pour les insectes, et respectueux pour la nature.

Selon le Star Tribune, le projet devrait se mettre en place d’ici le printemps 2020. La représentante de l’État, Kelly Morrison, explique que “des ressources florales abondantes et diverses se traduiront par des colonies de bourdons plus vastes et plus saines”. Cela passe notamment par une campagne contre les pelouses tondues quasi quotidiennement à ras de terre. Elles ne conviennent pas du tout aux insectes comme le bourdon à tache rousse. Dans tous les cas, les premiers résultats se mesureront d’ici quelques années, mais comme le rapportent nos confrères, le paysage sera au moins plus joli et naturel.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Combes Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Combes
Invité
Combes

Belle initiative, mais il ne faut pas oublier d’interdire de toute urgence le modèle d’agriculture démesurément intensive et ses quantités aberrantes de produits toxiques !