BlackMac / Shutterstock.com

La Seconde Guerre mondiale a pris fin il y a près de 75 ans et, pourtant, ses séquelles ont perduré jusqu’à nos jours. C’est le cas, par exemple, des bombes non explosées durant cette guerre, dont un grand nombre couvrent encore les terres européennes. Justement, une nouvelle série de bombes toujours actives a été retrouvée en Europe, plus précisément, sous les ruines de Pompéi.

Les archéologues n’ont aucune idée de leur localisation

Le journal italien Il Fatto Quotidiano a rapporté qu’en août 1943, les forces alliées ont largué 165 bombes sur Pompéi lors de neuf raids aériens différents menés lors de la Seconde Guerre mondiale. Seulement 96 de ces bombes ont pu être localisées et désactivées jusqu’à présent. D’autres bombes ont été découvertes dans des parties du site archéologique non encore excavées. Il faut effectivement savoir que Pompéi fait environ 68 hectares et seulement 2/3 de cette superficie a subi une excavation.

Le plus dangereux dans l’histoire est que certaines de ces bombes ont explosé avant d’avoir pu être désamorcées. Même si des rapports d’experts et d’anciennes cartes montrant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale ont confirmé l’existence des bombes sous le site archéologique de Pompéi, les archéologues sont pour le moment dans l’incapacité d’établir exactement la position de ces bombes.

165 bombes ont été larguées sur Pompéi en août 1943

« Il n’y a rien à craindre » selon le musée du site

L’un des experts ayant témoigné de l’existence de ces bombes à Pompéi est le professeur d’archéologie à l’université Suor Orsola Benincasa de Naples, Antonio De Simone, qui en a découvert deux avec son équipe alors qu’ils menaient une excavation en 1986.

Il déclare au quotidien italien : « Elles étaient deux. L’une avait explosé et avait été réduite en fragments. L’autre, malheureusement, était parfaitement intacte. »

Malgré le danger que représentent ces bombes et leur emplacement inconnu, les représentants du site archéologique de Pompéi tiennent à rassurer les touristes et visiteurs. D’après la déclaration du musée du site archéologique au journal Il Fatto Quotidiano : « Les visiteurs ne courent aucun risque. L’armée élabore régulièrement un projet de récupération sur le site et la remise en état de la surface a été effectuée au mètre. »

Les représentants du musée du site rassurent sur la sécurité des touristes et visiteurs.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de