L’usine pilote — © Energy Dome

L’entreprise italienne Energy Dome a inauguré la première de ses impressionnantes installations au CO2, pouvant stocker de l’énergie renouvelable sur de longues périodes et la restituer rapidement. Le tout pour un coût nettement inférieur à celui des grandes batteries au lithium.

Stocker efficacement les énergies renouvelables grâce aux batteries au CO2

Avec la croissance fulgurante des énergies renouvelables, stocker efficacement l’électricité produite à (très) grande échelle va se révéler indispensable dans un avenir relativement proche. À l’heure actuelle, diverses technologies se disputent les différents créneaux du marché, chacune ayant ses propres forces et faiblesses.

Impliquant d’énormes dômes abritant des vessies flexibles et remplis de CO2, l’approche d’Energy Dome repose sur la dilatation considérable du dioxyde de carbone lorsqu’il passe de l’état liquide à l’état gazeux. La batterie est « chargée » en utilisant l’énergie pour faire fonctionner des compresseurs électriques qui compriment le gaz dans des volumes de plus en plus petits, pour finalement le condenser en un liquide stocké sous pression à température ambiante.

Ce processus de charge crée de la chaleur résiduelle, captée via un système de stockage de l’énergie thermique. Tant que la pression est maintenue, le dioxyde de carbone reste sous forme liquide. Dès que cela est nécessaire, la chaleur stockée est libérée pour provoquer l’évaporation du CO2, et un ensemble de turbines récupère l’énergie destinée au réseau.

— Blue Planet Studio / Shutterstock.com

Une approche viable

Installée en Sardaigne, l’usine pilote s’avère raisonnablement petite (elle ne stocke que 4 MWh d’énergie et offre une puissance maximale de 2,5 MWe) mais démontre la viabilité de l’approche. Energy Dome a précisé que sa construction avait impliqué des matériaux et équipements courants et largement disponibles, permettant d’envisager sereinement un déploiement à l’échelle mondiale.

Si l’efficacité globale des batteries au CO2, évaluée à 75 %, s’avère inférieure à celle des grandes batteries au lithium actuelles, son coût par mégawatt-heure se révèle nettement plus intéressant. Selon l’entreprise, la mise en service de davantage d’installations lui permettra d’atteindre 50 à 60 euros/MWh contre 125 à 230 euros/MWh pour les dispositifs au lithium.

La prochaine étape consistera à construire une première usine « à taille réelle ». Pouvant stocker 200 MWh d’énergie et fournir jusqu’à 20 MWe, celle-ci devrait être opérationnelle d’ici fin 2023.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Serge Rochain
Serge Rochain
4 jours

Rien, aucune solution ne peut être négligée.