― Kirk Wester / Shutterstock.ccom

Vous avez sûrement entendu plus jeune qu’il ne fallait pas se baigner après un repas. Vos parents, s’ils font partie de la génération des baby-boomers, étaient même peut-être à cheval là-dessus et vous avez peut-être aussi pris le relais avec vos propres enfants. Si c’est le cas, alors il est peut-être grand temps de découvrir les tenants et les aboutissants de cette croyance très cocasse et répandue.

Des peurs bien fondées ?

D’après la croyance populaire, se baigner après manger serait dangereux car on s’exposerait à des crampes, à l’hydrocution et même à la noyade. Mais est-ce que ces croyances sont réellement fondées ?

Rappelons que l’hydrocution est un évanouissement ou une perte de conscience temporaire résultant d’un contact trop brutal du corps avec l’eau froide et qui peut entraîner une mort par noyade. Il faut également savoir que l’été, et plus précisément sur la plage, les vaisseaux sanguins se dilatent et le cœur bat ainsi rapidement afin d’évacuer la chaleur et refroidir le corps. Si un adulte rentre ainsi dans une eau à moins de 18° ou qu’un enfant pénètre dans une eau à moins de 20°, il s’ensuit que le diamètre des artères diminue brusquement, ralentissant la circulation sanguine et entraînant un ralentissement des battements de notre cœur.

D’après le Dr Romain Cheyssac, médecin urgentiste au pôle urgence-SAMU du Centre hospitalier intercommunal de Toulon, cet état amoindrit d’un coup l’approvisionnement en oxygène dans le cœur, rapporte Le Figaro. Cela peut ainsi entraîner des « troubles de la conscience, étourdissements ou difficultés à respirer ». Le médecin urgentiste avertit également que « les enfants et les personnes fragiles (âgées, cardiaque, etc.) sont plus sensibles à ce phénomène du fait d’une moindre réactivité de l’organisme face au choc thermique ».

Donc il y a vraiment un risque d’hydrocution à se baigner après manger ?

Une enquête menée par Santé publique France a révélé qu’il y a eu 26 cas d’hydrocution ayant conduit à une noyade en 2015 et que 20 d’entre eux ont été mortels. Néanmoins, concernant le niveau de danger, le Dr Cheyssac a révélé que « c’est une vérité partielle » et qu’une étude américaine avait révélé que seulement 1 % des noyades ont eu lieu après un repas.

En revanche, le médecin a soulevé d’autres menaces plus dangereuses qui pourraient provoquer l’hydrocution. Il explique en effet que « c’est l’exposition prolongée au soleil et à la chaleur qui est en cause. De même la consommation excessive de boissons alcoolisées accroît le risque de perte de connaissance. »

Pour éviter tout risque d’hydrocution, le médecin recommande ainsi de ne pas prendre d’alcool avant la baignade et de ne pas s’exposer longuement au soleil, en particulier entre 12h et 16h. Les personnes qui veulent se baigner devraient également éviter un plongeon brusque et, à la place, entrer progressivement dans l’eau « en se mouillant progressivement l’intégralité du corps ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de