― Dmitry Galaganov / Shutterstock.com

L’asthme est une maladie chronique des bronches, dont les premières manifestations surviennent le plus souvent chez l’enfant. Cette maladie aurait un côté positif : elle aurait un effet protecteur contre la tumeur cérébrale. Des chercheurs expliquent la raison de cet effet protecteur.

Des expériences sur des souris

Les chercheurs sont sur le point de découvrir pourquoi l’asthme pourrait protéger des tumeurs cérébrales. Il y a plusieurs années, des neurologues américains ont remarqué que les asthmatiques semblaient développer moins de tumeurs cérébrales que le reste de la population, sans pouvoir expliquer pourquoi. Aujourd’hui, des chercheurs de la Washington University School of Medecine de St. Louis, aux États-Unis, expliquent enfin le lien entre ces deux maladies. Cette étude a été publiée dans la revue Nature Communications.

Pour leurs recherches, ces derniers ont effectué des expérimentations sur des souris. Ils ont tout d’abord modifié génétiquement les souris pour qu’elles soient sujettes à développer des tumeurs. Ensuite, ils ont rendu certaines souris asthmatiques. Trois à six mois plus tard, les souris souffrant d’asthme ne présentaient aucun signe de tumeur cérébrale. En revanche, les souris ne souffrant pas d’asthme avaient développé une tumeur du cerveau.

— jovan vitanovski / Shutterstock.com

Reprogrammer les cellules T pour traiter les tumeurs

Les scientifiques expliquent que les lymphocytes T secrétaient une protéine appelée décorine lorsque les souris commençaient à développer de l’asthme. Cette protéine abîme les voies aériennes, mais permet aussi l’activation des microglies, des cellules sentinelles qui sont associées à la croissance de tumeurs cancéreuses.

« Bien sûr, nous n’allons pas commencer à provoquer de l’asthme chez qui que ce soit ; l’asthme peut être une maladie mortelle », a déclaré David Gutmann de l’université de Washington. Cependant, « reprogrammer des cellules T chez les patients atteints de tumeurs cérébrales pour qu’elles agissent davantage comme des cellules T de patients asthmatiques pourrait être une nouvelle approche pour traiter ces tumeurs ».

En d’autres termes, les chercheurs souhaiteraient mettre au point un traitement basé sur la décorine contre les tumeurs cérébrales, sans pour autant rendre les patients asthmatiques.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments