— Stephane Masclaux / Shutterstock.com

Si les astéroïdes « frôlant » la Terre passent généralement à des milliers, voire des millions de kilomètres, l’utilisation de ce terme ne semble pas usurpée pour ce petit objet céleste baptisé 2020 VT4.

Un record

Le vendredi 13 novembre 2020, l’astéroïde 2020 VT4 est passé à seulement 370 kilomètres au-dessus de l’océan Pacifique, soit une altitude inférieure à l’orbite de le la Station spatiale internationale (400 kilomètres environ), ce qui constitue un record. Intervenue à 17h20 UTC, cette approche resserrée n’a été repérée que 15 heures plus tard, par ATLAS (système d’alerte ultime d’impact d’astéroïde) de l’observatoire de Mauna Loa à Hawaï.

Le précédent détenteur du titre « d’astéroïde le plus proche de la Terre » était l’objet 2020 QG. Mesurant entre deux et six mètres, celui-ci était passé à environ 2 950 kilomètres de la planète bleue le 16 août dernier, soit une distance huit fois plus importante que pour VT4.

Il convient toutefois de préciser que ce record s’applique uniquement aux astéroïdes, et non aux météores, qui caractérisent les roches spatiales entrant dans l’atmosphère et dont l’échauffement produit une trainée lumineuse, ou aux météorites, désignant les objets célestes qui résistent à la désintégration et frappent la surface terrestre. Sachant que certaines roches spatiales peuvent également « ricocher » sur l’atmosphère terrestre, avec l’apparition dans le ciel d’une boule de feu semblant rebondir et s’évanouissant ensuite dans le cosmos.

Simulation de l’orbite de 2020 VT4

L’orbite de VT4 a été largement modifiée par l’influence gravitationnelle de la Terre

Bien que l’annonce du passage de 2020 VT4 à proximité immédiate de notre planète puisse sembler inquiétante, celui-ci serait probablement passé inaperçu si sa trajectoire l’avait amené à entrer dans l’atmosphère terrestre. En raison de sa taille réduite, comprise entre 5 et 10 mètres selon les chercheurs, l’astéroïde se serait probablement désintégré avant d’atteindre le sol.

N’ayant pu être détecté lors de son passage au-dessus du Pacifique, le petit objet céleste gardera toutefois un souvenir impérissable de ce vol en rase-mottes. L’influence gravitationnelle de la Terre a en effet grandement modifié la courbure de son orbite, le faisant ainsi passer d’un astéroïde Apollon à un astéroïde Aton selon la classification de l’Union astronomique internationale (UAI). Désormais, 2020 VT4 effectue un tour complet du Soleil en 315 jours seulement au lieu de 549 jours.

S’il ne représente aucun danger pour la Terre, 2020 VT4 continuera toutefois d’être surveillé étroitement. Son prochain passage « à proximité » de la planète bleue devrait avoir lieu le 13 novembre 2052, cette fois à une distance d’environ 1,8 million de kilomètres.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de