Les arbres sont indispensables pour améliorer la qualité de l’air tout en éliminant le CO2. Mais les arbres pourraient avoir d’autres vertus pour l’environnement. Une étude démontre que planter des arbres à proximité des points d’eau améliorerait la qualité de cette dernière.

DES MENACES POUR L’ÉCOSYSTÈME

A travers le monde, on compte des milliers de points d’eau qui permettent de subvenir aux besoins des proches habitants. Aux Etats-Unis, le bassin de l’Ohio est l’un de ces lieux. Or, il subit depuis plusieurs années les conséquences de l’agriculture intensive. Plus d’un tiers de ce territoire est agricole. Leurs eaux de ruissellement rejettent de grandes quantités de nutriments comme l’azote ou le phosphore.

Toutefois, cet afflux de nutriments génère une prolifération d’algues et des zones sans oxygène. Pour l’été 2019, celle-ci devrait s’étendre sur près de 12 600km². Sans oxygène, la vie marine n’a que peu de chances de survivre. Pour stopper cette menace, des chercheurs de l’université de Californie ont proposé dans le cadre d’une de leurs études une alternative aux agriculteurs.

Les arbres, meilleurs alliés pour diminuer la quantité de nutriments déversés

UN GESTE SIMPLE POUR AIDER LA PLANÈTE ?

Arturo Keller, professeur de biogéochimie environnementale à l’université de Californie, a proposé à des agriculteurs de reboiser une partie de leurs terres. Les arbres ont en effet la faculté de pouvoir stocker le carbone et de limiter la progression des nutriments dans les eaux de ruissellement.

Ils peuvent également absorber l’azote et le phosphore. En prime, ces arbres peuvent offrir aux agriculteurs un nouveau moyen de faire des bénéfices si le bois est récolté. Cependant, l’attrait principal de ce geste est d’améliorer la qualité de l’eau aussi bien pour ceux qui la consomment que pour ceux qui y vivent.

Les agriculteurs pourront faire des gestes supplémentaires pour aider à l’amélioration de la qualité de l’eau

À QUEL POINT LA QUALITÉ DE L’EAU PEUT-ELLE ÊTRE AMÉLIORÉE ?

L’étude menée par Arturo Keller et publiée dans Plos One avait aussi pour but de déterminer l’impact du reboisement sur la qualité de l’eau. La zone choisie ne l’a d’ailleurs pas été par hasard car il a été déterminé que le bassin de l’Ohio serait le plus efficace pour cette expérience. D’après les premières estimations, on pourrait y observer une réduction de 12 % du taux d’azote et 5 % du phosphore total du bassin.

Le reboisement sera en bonus combiné au projet d’échange de crédits de la qualité de l’eau. Cette démarche vise à améliorer la qualité de l’eau en permettant aux agriculteurs de subvenir à de nouvelles installations s’ils s’engagent en faveur de l’environnement. Ils devront donc limiter leur utilisation d’engrais ou planter des arbres à proximité des cours d’eau. En combinant ces gestes, les chercheurs espèrent offrir une meilleure qualité de l’eau et combattre les zones mortes.

Singkham / Shutterstock.com

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de