— Wanchat M / Shutterstock.com

Le monde de la faune et de la flore n’a pas encore livré tous ses secrets. Aujourd’hui encore nous découvrons de nouvelles espèces, mais aussi comment celles-ci vivent, se nourrissent, ou même comment leur corps fonctionne. Les araignées sont présentes dans presque toutes les contrées de notre planète. Elles ont différentes tailles, différentes couleurs, etc. Mais saviez-vous que plus l’araignée est petite plus son cerveau est gros ?

Selon une étude de Bill Eberhard, scientifique du Smithsonian Tropical Research Institute et professeur à l’université du Costa Rica, les plus petites araignées possèdent les cerveaux les plus gros. Bill Eberhard a étudié neuf araignées de six espèces différentes.

Force est de constater que les araignées les plus petites, comme la Phidippus clarus, une araignée sauteuse, ont un cerveau si gros par rapport à leur taille qu’il peut prendre jusqu’à 78 % de leur corps, et 26 % de leurs pattes, comme chez la Anapisona simoni. De ce fait, le système nerveux central des minuscules araignées remplit le céphalothorax (tête et thorax) pour déborder dans les coxae (les pattes).

De plus, il semblerait que leur cerveau s’adapte à leur taille. D’après les recherches de Bill Eberhard, un bébé Phidippus clarus possédera un gros cerveau, par rapport à sa taille, et un système digestif peu développé. Au contraire, quand cette araignée deviendra adulte, le cerveau prendra moins de place, et le système digestif se développera.

Il semblerait que le fait « d’avoir un gros cerveau » soit très important pour tisser des toiles. Cependant, ceci a été découvert aussi chez certaines araignées dites cleptoparasitaires (qui volent les toiles d’autres araignées). En somme, la taille du cerveau ne veut pas dire qu’une araignée est moins intelligente qu’une autre.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de