— GoldenEyes71 / Shutterstock.com

Des chercheurs irlandais ont récemment montré que les araignées domestiques communes étaient porteuses de bactéries susceptibles d’infecter les humains, et que les fausses veuves noires transmettaient également des souches nocives résistantes aux traitements antibiotiques courants.

Une « fausse » veuve noire loin d’être inoffensive

Publiés dans la revue internationale Scientific Reports, ces travaux menés par des zoologistes et microbiologistes de l’université nationale d’Irlande à Galway ont confirmé une théorie largement débattue, permettant d’expliquer une série de symptômes identifiés chez les personnes mordues par la fausse veuve noire en Irlande et en Grande-Bretagne au cours de la dernière décennie.

Jusqu’à récemment, on pensait que les rares cas de nécrose consécutifs à des morsures d’araignées européennes et nord-américaines réputées inoffensives étaient le résultat d’infections secondaires intervenant lorsque la victime sondait ou grattait le site de la morsure. Mais cette récente étude montre que les araignées sont porteuses de bactéries nocives, susceptibles d’être transmises lors de la morsure.

Les expériences réalisées ont également permis de confirmer que si le venin de nombreuses araignées possédait des propriétés antibactériennes, celui de la fausse veuve noire (Steatoda nobilis), espèce invasive introduite accidentellement en Europe au 19e siècle, n’inhibait pas les bactéries.

« La diversité des microbes ne cesse de m’étonner. Le pouvoir de survivre et de prospérer dans chaque environnement est démontré par la présence de bactéries résistantes aux antibiotiques, que l’on retrouve également dans le venin d’araignée », a déclaré Aoife Boyd, auteur principal de l’étude. « La résistance aux antimicrobiens (RAM) est un problème urgent et croissant dans le monde entier. La seule façon de s’y attaquer est d’adopter une approche globale. »

— Andi111 / Shutterstock.com

Les services de santé britanniques et irlandais confrontés à une augmentation significative des cas d’infections graves

Selon les auteurs de l’étude, environ dix espèces d’araignées communes dans le nord-ouest de l’Europe possèdent des crochets assez puissants pour percer la peau humaine et délivrer leur venin, mais une seule d’entre elles, la fameuse fausse veuve noire, est considérée comme une véritable menace pour la santé humaine.

« Alors que la morsure d’une araignée provoque la plupart du temps rougeurs et douleurs, celle d’une fausse veuve noire peut entraîner des infections de longue durée nécessitant un traitement antibiotique puissant et éventuellement une hospitalisation », a détaillé John Dunbar, co-auteur de l’étude. « Avec l’augmentation de l’aire de répartition et des populations de cette espèce à proximité des zones urbanisées, nous avons assisté à une augmentation des morsures graves et des infections. »

« Notre étude démontre que les araignées ne sont pas seulement venimeuses, mais également porteuses de bactéries dangereuses capables d’engendrer de graves infections. Sachant que certaines d’entre elles s’avèrent multirésistantes, ce qui les rend particulièrement difficiles à traiter avec des médicaments ordinaires », ont souligné les chercheurs. « C’est une chose dont les professionnels de santé doivent avoir conscience. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de