La construction est un domaine dans lequel on peut faire la démonstration de nombreux exploits, que cela soit en termes d’ingénierie, d’architecture, de design ou de taille. L’Arabie saoudite prévoit notamment de construire le plus grand gratte-ciel au monde.

En mars de cette année, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a annoncé son intention de lancer le projet de construction de la cité NEOM au bord de la mer Rouge, dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite. La cité devrait avoir à peu près la même taille que le Massachusetts, et il s’agira d’une ville zéro carbone. Pour l’instant, peu de détails sont connus sur NEOM, mais on sait que cette mégapole comprendra un immense complexe de 170 kilomètres de long et d’une hauteur plus importante que l’Empire State Building. Le complexe devrait en effet mesurer plus de 500 mètres de haut, a rapporté le Daily Mail.

Autrement dit, une fois qu’il sera construit, il s’agira du plus grand gratte-ciel du monde. Plus précisément, il s’agira des deux plus grands gratte-ciels au monde puisque le complexe – nommé Mirrored Line – sera composé de deux énormes bâtiments. Comme son nom l’indique, le verre aura une place prédominante dans la conception de ces gratte-ciels jumeaux qui domineront le désert. Les plans actuels du bâtiment prévoient que le complexe sera apte à accueillir environ 9 millions de résidents.

Pour l’instant, on ne sait pas quel est le montant exact que l’Arabie saoudite prévoit de dépenser dans la construction de cet immeuble. Il est cependant à prévoir que cela dépassera le milliard de dollars. Par ailleurs, on ignore également combien de temps les travaux dureront, mais il est prévu que le complexe ouvre ses portes en 2030.

Arabie Saoudite Neom
— SaudiArabiaPhotography / Shutterstock.com
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
rga
rga
7 jours

sont tarés, les saoudiens sont des gens peu grégaire, où la famille compte plus que tout où les gars et les filles n’ont pas le choix de leurs époux / épouses, et on on décapite encore à l’ancienne