— batdareeyah / Shutterstock.com

L’Arabie saoudite est un pays où sont prônées les inégalités entre les sexes. En effet, ne serait-ce que pour entrer dans un café, les femmes doivent entrer par une autre porte que celle des hommes. Mais ce 8 décembre, les autorités saoudiennes ont annoncé la suppression des portes séparées.

Les réformes apportées par le prince
Mohammed ben Salmane

Le royaume wahhabite d’Arabie saoudite figure parmi les pays les plus conservateurs du monde. Pourtant, cette décision de faire entrer les hommes et les femmes par une même porte dans les restaurants et dans les cafés est un grand pas vers la mondialisation, le changement. Outre cette mesure, les autorités saoudiennes ont également posté sur Twitter la fin de l’entrée pour les célibataires et celle séparée pour les familles.

À l’arrivée de Mohammed ben Salmane au pouvoir, l’Arabie saoudite est devenue plus tolérante, spécialement vis-à-vis des femmes. À part le fait que les femmes peuvent passer leur permis de conduire, elles peuvent également demander un passeport sans l’autorisation d’un tuteur. Aussi, elles peuvent rejoindre l’armée si elles le souhaitent. Parallèlement à cela, la police religieuse a aussi été supprimée. Sinon, contre toute attente, le royaume wahhabite a pour la première fois depuis son histoire ouvert ses portes au tourisme.

― seeshooteatrepeat / Shutterstock.com

Les revers des réformes

D’un côté, après cette décision du 8 décembre, on ne sait pas exactement ce qui va se passer à l’intérieur des lieux. Ces derniers vont peut-être rester comme avant ou au contraire, cette décision de suppression de portes séparées va peut-être aussi aboutir à la suppression des palissades qui séparent les hommes des femmes et des familles en salle. Quoi qu’il en soit, les restaurants sont libres de suivre ou non la décision prise par les autorités saoudiennes. Toutefois, concernant les écoles et les hôpitaux, aucun changement n’a été annoncé, la ségrégation reste d’actualité.

D’un autre côté, cette ouverture d’esprit n’a pas que des côtés positifs, elle a également ses revers. En effet, malgré la réforme, les répressions s’accentuent. L’une des plus imminentes a été l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. Sans parler des femmes qui ont été emprisonnées, suite à leur campagne pour les libertés qui leur ont été accordées. Selon Human Right Watch, certaines femmes ont même été accusées de haute trahison et ont été torturées avec des décharges électriques.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de