Désastreux : ces glaciers de l’Antarctique sont en train de fondre 3 fois plus vite qu’auparavant

En ce moment, de nombreux glaciers se fissurent et se détruisent. En cause ? Le réchauffement climatique, évidemment. Chacun des monstres fait tomber une masse considérable de glace : plus de trois fois la quantité habituelle ! Le dernier iceberg en date fait pas moins de 4 fois la taille de Manhattan !

 

Des fissures glaciaires qui se multiplient

Ces dernières années, quatre énormes glaciers se sont fissurés, laissant derrière eux de gigantesques icebergs. Tous situés dans la Baie de Marguerite, une baie à l’ouest de la péninsule Antarctique, ils ont laissé tomber une masse conséquente de glace en seulement quelques mois. Cette semaine, c’est le Glacier de l’île du Pin qui a perdu un iceberg de 259 kilomètres carrés, ce qui correspond à quatre fois la taille de Manhattan !

Faisant 250 kilomètres de long, avec sa surface de 175 000 kilomètres carrés et son épaisseur de 2 kilomètres, le glacier de l’île du Pin est un véritable mastodonte. Pourtant, ce monstre s’amenuise de plus en plus : chaque année, il perd environ 45 milliards de tonnes de glace, qui dérivent dans l’océan.

Un campement sur le glacier de l’Île du Pin

Les icebergs, des barrières qui protègent les glaciers

En 2015 déjà, le glacier de l’Île du Pin avait perdu un iceberg de 360 kilomètres carrés. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas ce genre de pertes qui fait augmenter le niveau des eaux. Ce n’est pas l’iceberg qui, en fondant, provoque une élévation de l’océan. L’iceberg est un énorme glaçon qui flotte. Comme le stipule l’article de The Verge, lorsqu’un glaçon fond dans un verre d’eau, le verre d’eau ne contient pas plus d’eau.

Si l’iceberg détaché n’est, en soit, pas un danger pour le niveau de la mer, il constitue une barrière flottante pour le reste du glacier, dont la base est profondément enfouie sous 600 mètres d’eau. Ces barrières l’empêchent de dériver dans l’océan. S’il dérive, il va fondre inexorablement. Sauf que les glaciers de la Baie de Marguerite ont tous vu disparaître leurs barrières flottantes au fil des années. Le réchauffement climatique fait en effet fondre ces protections.

Le réchauffement climatique mis en cause

Jusqu’ici, on pensait que le réchauffement climatique, qui affecte donc la température de l’eau, ne faisait fondre que les morceaux de glace flottants. Mais c’est dans une étude récente que Catherine Walker, une stagiaire post-doctorale de la NASA, affirme que l’eau pourrait également faire fondre les énormes glaciers dont les fondations sont plongées sous les eaux. Elle déclare d’ailleurs à The Verge : « C’est la première fois que l’on peut voir quelque chose qui affecte directement les glaciers qui sont au sol, qui sont en contact avec l’océan mais qui ne flottent pas ».

En réalité, la glace des glaciers n’est pas solide : elle coule. Et à cause du réchauffement climatique, la glace coule de plus en plus vite. Grâce à l’étude, on sait désormais que l’eau, qui se réchauffe de quelques degrés année après année, a une incidence sur la vitesse d’écoulement de la glace. En effet, cette eau s’insinue dans le glacier même : les « barrières de glace », qui ont disparu, servaient de protection contre l’infiltration de l’eau.

Le genre de catastrophes que le réchauffement climatique produit

Des conséquences terribles

Le problème, c’est que les énormes glaciers sont bien plus conséquents que les « barrières de glaces » : en fondant, ils vont élever le niveau de la mer. Pour autant, Catherine Walker affirme que seuls quelques millimètres supplémentaires d’eau seront à constater.

Mais « cette glace fondue ne reviendra pas, et avec le temps, les quatre glaciers de la Baie de Marguerite vont disparaître ». A cause du réchauffement climatique, c’est tout un écosystème qui est menacé. Que se passera-t-il quand la glace aura disparu ? Et quand tous les grands glaciers du monde auront fondu ?


Les amis sont ceux qui vous forcent au bonheur.

— Denys Gagnon