En 1933, une femme exceptionnelle a réussi à faire évader ses élèves d’une école d’Allemagne. Pendant six mois, la directrice Anna Essinger avait concocté et peaufiné un plan pour permettre à ses élèves de quitter l’école d’Allemagne nazie. Pour y parvenir, l’évasion devait ressembler à un voyage scolaire ordinaire. Certes, cela a été très difficile, mais l’évasion a été un succès.

Qui était Anna Essinger ?

Anna Essinger était une femme issue d’une famille dans le sud de l’Allemagne. Elle était juive allemande laïque à Ulm dans le sud. Ses parents avaient en tout 9 enfants, et elle était l’aînée. Ses journées consistaient à s’occuper avec ses parents de ses frères et sœurs. Anna était une fille belle et forte. En effet, à partir du XXe siècle, elle a réussi à payer à ses propres frais les études qu’elle a suivies à l’étranger. Ses diplômes comprenaient le premier cycle et une maîtrise en éducation provenant de Madison, à l’université du Wisconsin. Elle était aussi passionnée par la démocratie et le système d’éducation américain.

L’histoire de « Landschulheim Herrlingen »

Une fois ses études finies, elle décida de retourner en Allemagne. En 1926, elle parvint avec succès à fonder sa propre école nommée « Landschulheim Herrlingen ». Cette dernière se trouvait près d’Ulm. Le système se démarquait par rapport aux autres écoles allemandes. En effet, l’approche traditionnelle promouvait la discipline stricte et des punitions sévères. L’école d’Anna Essinger était complètement à l’opposé. Landschulheim Herrlingen laissait libre cours à l’imagination des élèves dans le but que ces derniers puissent développer au maximum leur créativité. Ce système était inspiré de celui de John Ruskin, philosophe et écrivain anglais.

Les élèves, de leur côté, appréciaient vraiment qu’on les laisse s’exprimer et agir en fonction de leur curiosité. Ils se sentaient parfaitement libres. Pour eux, il n’y avait pas d’autres moyens possibles d’apprendre mieux que selon la méthode d’Anna Essinger. Les témoignages disaient : « Nous avons appris ce que nous voulions vraiment apprendre » ; « Nous avons appris à nous entendre. Toutes les religions, toutes les races, toutes sortes de personnes. Nous étions comme une grande famille » ou encore « La vraie joie de vivre est d’étudier ici. »

Le grand changement

Malheureusement, une fois qu’Hitler est arrivé au pouvoir, Anna Essinger a immédiatement su que l’éducation des élèves et son école allaient bientôt être en danger. Après la lecture de Mein Kampf, elle était sûre que la liberté d’expression, ou même la liberté de penser, n’existerait vraiment plus. Malencontreusement, ses suspicions se sont confirmées. En effet, Hitler a bel et bien été nommé chancelier en janvier 1933. Dès mars, il devint le dictateur le plus puissant d’Allemagne. C’est à partir de ce moment qu’Anna a reçu l’ordre de mettre une croix gammée sur son école. Même si elle savait que l’Allemagne ne serait plus l’endroit idéal pour élever des enfants, elle croyait fortement en sa notion de la liberté. Elle décida donc d’agir. De ce fait, dans la nuit, avec quelques membres de confiance, ils ont établi un plan pour faire évader les élèves. Ils décidèrent d’agir en secret et de ne rien dire à personne pour éviter de se faire arrêter.

Le rassemblement secret et la rébellion

Après l’élaboration de son plan, elle décida de chercher de l’aide venant de l’étranger. Elle partit donc à la fin du printemps en 1933 en Suède, au Danemark et en Suisse. Heureusement, elle retrouva en Grande-Bretagne ce qu’elle recherchait grâce aux juifs et quakers. Elle reçut des fonds et trouva aussi une nouvelle maison pour son école en provenance de quelques bailleurs de fonds pour la réalisation de son projet. Après cela, elle décida de revenir rapidement en Allemagne le 15 juillet 1933 pour mener à bien l’évasion.

Elle organisa rapidement un rassemblement secret avec les parents de ses élèves pour passer aux votes. La réponse sur le plan d’Anna Essinger a été écrasante. Presque tous les parents ont décidé de lui confier leurs enfants. Les cours se sont poursuivis jusqu’en septembre pour passer par la suite à l’évasion. Heureusement, le voyage se déroula sans aucun incident. Le 5 octobre, les 3 groupes partirent comme s’ils partaient juste en voyage. Ils atteignirent le Luxembourg sans souci. Une fois arrivés, les 65 enfants ont poursuivi le voyage et leurs études. Des mois avant la guerre, 50 enfants étaient arrivés via le Kindertransport. Les autres élèves sont arrivés après la guerre, nombreux parmi eux étaient orphelins.

L’impact du système d’Anna Essinger sur les générations futures

Après l’arrivée de tous les élèves, Anna Essinger a fait de son mieux pour offrir aux enfants un endroit de paix et un refuge de sécurité. Elle réalisa tout cela en leur offrant beaucoup d’amour et en leur faisant sentir qu’ils appartenaient à une famille en restant ensemble. Les élèves ont donc pu croire en l’avenir et retrouver leur estime de soi grâce à Anna Essinger. Pour de nombreux survivants orphelins, leurs camarades de classe sont devenus comme de nouveaux frères et sœurs et les enseignants comme des parents.

Malheureusement, Anna Essinger tomba malade en 1948 et fut obligée de fermer à contrecœur son école « Bunce Court School ». Elle était devenue aveugle. Pendant des années, elle a reçu des lettres de plus de 900 anciens étudiants qui avaient vécu partout dans le monde. Beaucoup sont venus rendre visite à la femme qui, selon eux, les avait sauvés. Ils lui lisaient leur lettre quand sa vue avait fini par baisser. Elle mourut en 1960 en laissant une grande trace dans le cœur de ses élèves. Pour aller plus loin, découvrez le portrait de Nicholas Winton, héros de la Seconde Guerre mondiale qui a sauvé 669 enfants des nazis.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments