La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a dévoilé mardi dernier une série de mesures en faveur du bien-être de la faune sauvage captive en France dont la « fin progressive » des animaux sauvages dans les cirques itinérants, la fin de l’élevage des visons d’Amérique pour leur fourrure ainsi que la fin de la reproduction d’orques et de dauphins en captivité.

La « fin progressive » des animaux sauvages dans les cirques

C’est une excellente nouvelle pour les défenseurs des animaux ! Alors qu’une grande majorité des Français souhaite un meilleur bien-être pour les animaux, mardi dernier, Barbara Pompili a annoncé plusieurs mesures pour favoriser le bien-être de la faune sauvage captive en France. La ministre de la Transition écologique a ainsi annoncé que la présentation d’animaux sauvages dans les cirques itinérants sera progressivement interdite en France « dans les années qui viennent ». Mais ce n’est pas la seule mesure annoncée par la ministre.

Les trois delphinariums présents dans notre pays ne pourront plus voir leurs orques et dauphins se reproduire. Ils ne pourront pas non plus en accueillir de nouveaux. De plus, aucun nouveau delphinarium ne pourra être créé. La dernière mesure annoncée concerne la fin de l’élevage des visions d’Amérique « dans cinq ans » pour leur fourrure. Il en existe encore quatre en France.

— Miles Away Photography / Shutterstock.com

Une aide de 8 millions d’euros à la reconversion

En ce qui concerne l’avenir de ces animaux, la ministre affirme que « des solutions vont être trouvées au cas par cas, avec chaque cirque, pour chaque animal » en soulignant bien que ces animaux ne pourront pas être « remis en liberté ».

Elle annonce que le gouvernement va investir 8 millions d’euros « pour la reconversion des cirques et des personnels des delphinariums ». « On leur demande de se réinventer. Ça va être une période où ils vont avoir besoin de soutien, l’État va être à leurs côtés. » Barbara Pompili évoque également la création d’un sanctuaire pour accueillir les dauphins et les orques présents dans les delphinariums.

― Sergey Petrov / Shutterstock.com

Le monde du cirque et les gérants de parcs animaliers dénoncent des décisions injustes

L’annonce de ces nouvelles mesures a provoqué la colère des gérants de cirques et des parcs animaliers qui, en plus d’être inquiets pour leur avenir professionnel, affirment être engagés pour le bien-être animal.

« Les animaux au cirque sont bien traités dans la grande majorité des cas ! », déplore à son tour le fondateur du Festival du cirque de Monte-Carlo, rapporte Le Figaro.

Le directeur général du Marineland situé à Antibes a notamment dénoncé une décision « injuste et injustifiée » rapporte Le Monde. « Clairement, l’intention du message de Mme Pompili, c’est la fin des delphinariums en France, mais selon quel calendrier, on ne sait pas. Notre métier, c’est le bien-être animal, l’éducation, la recherche et la conservation, donc on ne comprend pas cette décision. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de