Dans un parc privé situé en Seine-et-Marne, des chasseurs et braconniers sèment la terreur depuis maintenant plusieurs années. « Pour moi, ce n’était pas qu’un animal, c’était mon bébé. » Alain Martin, le propriétaire des lieux, confie sa tristesse et demande la fin de l’impunité. Un sanglier apprivoisé a notamment était abattu à bout portant alors qu’il cherchait de l’affection. Des cerfs criblés de balles et de chevrotines ont agonisé pendant des heures…

2
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
defiolle florenceRUSTINETTE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RUSTINETTE
Invité
RUSTINETTE

i;l est grand temps d’arrêter tous ces massacres inutiles, l’homme est le plus grand des prédateurs, des tueurs en liberté, j’ai honte d’être un être humain, ces animaux ont le droit à la vie beaucoup plus ces assassins sans cœur, sans cervelle et sans testicules, le fusil est le prolongement de leur virilité dans leurs têtes d’abrutis je haïs les chasseurs de toutes sortes et Macron il est vraiment grand temps de stopper ces tortures ces tueries.

defiolle florence
Invité
defiolle florence

rustinette ,entièrement d’accord avec toi ,ces hommes pensent que tout leurs est du ,ils n’ont pas évolués depuis la préhistoire.