Les scientifiques n’y croyaient pas, pourtant l’anguille électrique peut réellement tuer un cheval

Une récente étude suggère que l’anguille électrique est capable de contrôler ses décharges pour paralyser ses proies en courbant son corps. Ce redoutable prédateur agit un peu comme un taser pour capturer ses proies, il les paralyse à l’aide d’une série rapide d’impulsions sous haute tension. Les décharges délivrées par son corps sont tellement puissantes qu’elles provoquent de violentes contractions musculaires qui immobilisent la victime.

En 1800, Alexander von Humboldt avait pu observer ce phénomène. Des pêcheurs au Venezuela utilisaient une technique très singulière pour collecter des anguilles électriques. Les hommes piégeaient leurs chevaux dans une mare boueuse contenant des anguilles électriques, pour provoquer leurs attaques, pour les épuiser. Cette « pêche avec des chevaux » permettait aux indigènes de capturer ces redoutables créatures marines, mesurant parfois jusqu’à 1,5 mètre de long, en toute sécurité. Cependant, ce témoignage très ancien raconte que les anguilles électriques provoquaient de nombreux dégâts et qu’elles noyèrent deux chevaux.

Une reproduction de l'anecdote d'Alexander von Humboldt
Une reproduction de l’anecdote d’Alexander von Humboldt

Cette célèbre histoire a fait de nombreux sceptiques du côté des scientifiques jusqu’à cette récente étude réalisée par Kenneth Catania, biologiste à l’université Vanderbilt aux États-Unis, qui prouve que les anguilles électriques sont bien plus dangereuses qu’on ne le pensait. En voulant transférer des anguilles dans son laboratoire, le chercheur a assisté à un phénomène étonnant. Il a remarqué que lorsqu’il approchait son filet qu’il tenait avec des gants isolants, l’anguille tentait de bondir et de se frotter à sa bordure en s’aidant de son menton. Le chercheur a d’abord pensé que l’anguille voulait simplement l’éviter, car parfois la moitié de leur corps sortait hors de l’eau. Ce ne sont pas des animaux avec une grande dextérité, mais ils maîtrisent parfaitement ce mouvement. Il a notamment remarqué que les anguilles pouvaient émettre un voltage puissant tout en maintenant le contact avec le filet.

Il est vrai que certaines espèces de poissons sautent pour tenter d’échapper à une menace, hors Kenneth a remarqué que les sauts des anguilles électriques étaient ponctués par des impulsions électriques à haute tension, ce qui indique que ce n’était pas uniquement une tentative d’évasion. En effet, les anguilles électriques possèdent 3 organes électriques qui se déclenchent en même temps pour générer un courant faible et sentir leur environnement. Leurs organes électriques s’étendent à l’arrière de leur corps sur toute la longueur en laissant un peu d’espace pour l’estomac et les autres organes. Ces créatures fascinantes déclenchent également un voltage assez puissant pour chasser une proie ou bien pour se défendre.

Un cheval via Shutterstock
Un cheval via Shutterstock

Pour mesurer la tension et le courant de ces impulsions, le chercheur a partiellement immergé une tige et une plaque conductrice dans l’eau de l’aquarium des anguilles. Celles-ci ont sauté et ont électrocuté à la fois la tige et la plaque. Plus l’anguille grimpait, plus la tension et l’intensité du courant augmentaient. Pour mieux comprendre le phénomène, Kenneth Catania a décidé de raccorder des LED à des bandes de ruban conducteur pour les attacher à un faux alligator. Il a ensuite immergé le tout dans l’aquarium, les créatures ont directement sauté sur la cible et l’intensité électrique a rapidement augmenté. Les prédateurs procédaient toujours de la même manière particulière : en rapprochant leur tête de leur queue sans pour autant les unir.

En effet, les ralentis de la vidéo montrent que les anguilles courbent le cou pour maintenir le contact entre leurs organes électriques et la fausse menace. Cette technique leur permet de délivrer une grande partie de leur énergie électrique sur la cible. Kenneth Catania pense que ces attaques semblent être plus efficaces contre ces prédateurs terrestres ou semi-aquatiques. Les anguilles ont un comportement très agressif lorsqu’elles sont prises au piège dans les mares asséchées au cours de la saison sèche amazonienne, la même période de l’année que le témoignage d’Alexander von Humboldt.

Une anguille électrique dans un aquarium via Shutterstock
Une anguille électrique dans un aquarium via Shutterstock

Kenneth Catania a également découvert que les anguilles électriques possèdent des techniques de chasse très complexes. Elles peuvent émettre une série de pulsions électriques pour exposer des proies cachées. L’anguille peut également délivrer un choc électrique mortel à la proie en paralysant ses muscles. Au cours de la confrontation, Kenneth Catania a pu remarquer que certaines anguilles électriques courbaient leur corps, avec cette méthode leurs décharges enregistrées avec les électrodes sont beaucoup plus intenses. Selon Kenneth, ces animaux courbent donc leur corps pour doubler la puissance de la décharge, en une sorte d’aimant en forme de fer à cheval. Dans cette position, les pôles du corps chargés positivement et négativement sont rapprochés et la force des impulsions n’en ressort que plus importante.

 

Voici des vidéos impressionnantes montrant des attaques d’anguilles électriques :

Les anguilles électriques sont vraiment des créatures fascinantes ! Avec cette recherche passionnante, Kenneth Catania a réussi à prouver que le témoignage d’Alexander von Humboldt était vrai malgré les nombreux scientifiques sceptiques. Si ce sujet vous a passionné autant que nous, découvrez ces 12 animaux terrifiants qui vivent dans l’obscurité des abysses.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux