Le rubis ancien étudié par les chercheurs — © University of Waterloo

De récentes analyses ont conduit à la mise en évidence de traces de vie ancienne à l’intérieur d’une gemme s’étant formée il y a 2,5 milliards d’années. Cette dernière a été découverte au Groenland, où se trouvent les plus anciens gisements de rubis connus.

« Le graphite à l’intérieur de ce rubis est vraiment unique »

Extraite du craton de l’Atlantique Nord, au sud du Groenland, la pierre précieuse étincelante, composée d’un minéral rouge transparent appelé corindon, s’est avérée renfermer du graphite, une forme pure de carbone qui constituerait les restes d’une ancienne vie microbienne remontant à l’Archéen. « Le graphite à l’intérieur de ce rubis est vraiment unique », a déclaré Chris Yakymchuk, chercheur à l’université de Waterloo, au Canada. « C’est la première fois que nous voyons des preuves de vie ancienne dans des roches contenant du rubis. »

Détaillés dans la revue Ore Geology Reviews, les travaux menés par Yakymchuk et son équipe ont impliqué l’analyse du rapport entre les différentes versions, ou isotopes du carbone dans le graphite. Alors que plus de 98 % du carbone présent sur la planète possède une masse atomique de 12 unités, certains atomes de carbone s’avèrent plus lourds, avec 13 ou 14 unités de masse atomique.

« La matière vivante se compose de préférence d’atomes de carbone plus légers, car ils nécessitent moins d’énergie pour être incorporés aux cellules », a expliqué Yakymchuk. « Sur la base de la quantité accrue de carbone 12 dans le graphite, nous avons conclu que les atomes de carbone étaient autrefois une ancienne vie, très probablement des micro-organismes tels que des cyanobactéries. »

— aslysun / Shutterstock.com

À l’époque où cette ancienne bactérie a probablement vécu, la planète n’avait pas beaucoup d’oxygène (un élément indispensable à la vie complexe), de sorte que la seule vie qui pouvait survivre était constituée de minuscules microbes et de films d’algues. On pense que les cyanobactéries sont parmi les premières formes de vie sur Terre et que, pendant des milliards d’années, elles ont converti la lumière du soleil en énergie chimique, produisant progressivement l’oxygène nécessaire à l’émergence de la vie complexe.

Des indices « précieux »

Si ce rubis contenant du graphite n’est pas la plus ancienne preuve de vie trouvée à ce jour (de nombreuses études ont affirmé avoir identifié des anciennes traces de vie remontant à plus de 3 milliards d’années), c’est la première fois qu’une vie ancienne est découverte à l’intérieur d’une telle pierre.

« La présence de graphite nous donne également plus d’indices pour déterminer comment les rubis se sont formés à cet endroit, ce qui est impossible à faire directement en se basant sur leur couleur et leur composition chimique », a déclaré Yakymchuk.

La vie pourrait avoir été l’ingrédient secret ayant permis la formation des rubis. Les chercheurs ont en effet découvert que le graphite modifiait la composition chimique des roches, créant ainsi les conditions propices à la croissance de ces pierres précieuses.

2
COMMENTEZ

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

Check

First
Invité
First

Le graphite modifie la composition chimique des roches,je viens de lire.
Ne modifirait il pas une autre composition chimique ,celle du tissus cellulaire humain.
Le graphene est du graphite(carbone) hyper resistant et hyper solide entre autre.