Il y a 70 millions d’années, les jours terrestres ne duraient pas 24 heures mais 23 heures et 30 minutes. Il y avait donc 372 jours par an et la Terre tournait bien plus vite sur elle-même. Des constats établis après la découverte d’un fossile de mollusque datant de la fin du Crétacé par une équipe de paléontologues. 

Des jours plus courts il y a 70 millions d’années

Dans une étude révélée le 9 mars dernier, des scientifiques ont pu établir le constat que les jours étaient plus courts sur Terre il y a 70 millions d’années. En effet, les jours y duraient 23 heures et 30 minutes. Les résultats de leur étude ont également été publiés dans la revue Paleoceanography and Paleoclimatology.

La durée de la journée a augmenté depuis le Crétacé supérieur”, ont expliqué les auteurs de cette étude. Si ce constat avait déjà été établi auparavant, cette nouvelle étude a permis d’obtenir des résultats plus poussés. Les chercheurs estiment également que la Terre tournait plus vite sur elle-même, soit à 372 reprises chaque année, à cette époque. Une année comprenait donc 372 jours et non 365 jours comme actuellement.

Nous avons environ quatre à cinq données par jour et c’est quelque chose que vous n’obtenez presque jamais dans l’histoire géologique. Nous pouvons presque regarder un jour d’il y a 70 millions d’années. C’est assez étonnant”, a rapporté Niels de Winter, géochimiste analytique à la Vrije Universiteit Brussel et auteur principal de cette étude.

Des résultats obtenus grâce à un fossile de mollusque

Cette découverte a été permise grâce à un coquillage de mollusque marin fossilisé. Ce type de mollusque façonnait d’ailleurs les récifs antiques de l’époque du Crétacé. Afin d’établir ces constats, les scientifiques ont étudié chaque tranche du coquillage fossilisé et ont analysé les anneaux de croissance visibles à l’oeil nu. Ces stries permettent également de déterminer précisément l’âge exact du mollusque fossilisé.

Les chercheurs ont alors pu prendre conscience de l’environnement dans lequel vivait et se développait ce mollusque. L’utilisation de “découpes laser extrêmement fines” d’un diamètre de 10 micromètres a également permis de mesurer la vitesse à laquelle pouvaient se former ces anneaux. Résultat : en fonction des saisons, la coquille du mollusque variait. Cela a donc permis aux scientifiques d’identifier le nombre de mois et d’années écoulés au cours de son existence.

Cette étude a également montré que ce mollusque semblait avoir subi davantage de variations au bout d’une journée qu’à l’échelle des saisons ou qu’en fonction des marées. Les scientifiques ont donc constaté qu’il y avait bien plus de changements entre le jour et la nuit. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de