— vchal / Shutterstock.com

Depuis plusieurs années, Amazon travaille sur un logiciel de reconnaissance faciale avancée. Loin de se limiter aux standards existants, la firme du milliardaire Jeff Bezos repousse sans cesse les limites. Aujourd’hui, le géant américain vient d’annoncer la détection d’une huitième émotion dans son logiciel taillé pour la surveillance.

Une nouvelle arme dans son arsenal

Pour le moment, les émotions de joie, tristesse, colère, surprise, dégoût, calme et confusion étaient déjà comprises dans l’éventail de compétences de l’appareil. Aujourd’hui, une nouvelle annonce fait état de l’ajout de la peur, qui sera très prochainement parfaitement implantée et analysée par le logiciel. Et en plus de cette annonce, Amazon explique avoir grandement amélioré la précision de l’estimation de l’âge de la personne analysée.

Cette technologie de reconnaissance faciale est très controversée. Baptisée Rekognition, elle est capable de suivre et d’analyser des centaines de personnes sur une seule photo, en s’appuyant sur une base de données comportant des dizaines de millions de visages différents. Plusieurs organismes et associations se sont levés pour dénoncer une atteinte à la vie privée des utilisateurs, et ont demandé à Amazon de cesser son développement. Également, des problèmes sont toujours en cours, avec notamment des législateurs qui ont été faussement accusés d’être des criminels.

Une technologie qui questionne

Comme nous vous l’avons dit ci-dessus, le fonctionnement de ce logiciel de reconnaissance faciale se base sur un système de réseaux de neurones formés sur le Big Data. En définitive, des millions de photos et de vidéos sont regroupées, identifiées, afin de définir des activités, des comportements qui peuvent être inappropriés ou encore des émotions. Les gens sont ensuite décortiqués et le logiciel définit, seul, un résultat. Plus tôt dans le mois, Amazon avait déjà expliqué que son logiciel était désormais capable d’analyser des scènes violentes, comportant du sang ou du sexe.

Les manifestations sont fréquentes, et certains interpellent les cadres de la firme américaine. Lors d’une présentation à New York, Werner Vogels, le directeur technique d’Amazon Web Services a notamment été interrompu, sur des sujets portant sur l’immigration. On ne sait pas encore exactement si les services d’immigration américains utilisent cette technologie, mais des rencontres entre les officiels des deux parties ont été organisées. L’Union américaine pour les libertés civiles a également obtenu des mails, qui ont révélé des échanges entre Amazon et des officiels du gouvernement.

Plus que jamais, cette technologie de reconnaissance faciale intéresse les autorités. Des experts de l’intelligence artificielle avaient écrit à l’époque une lettre ouverte à Amazon. Et même au sein de l’entreprise, une centaine d’employés avait décidé, en 2018, d’envoyer une lettre à la direction afin de demander la fin de la commercialisation de cette technologie. En publiant aujourd’hui des nouvelles du développement de ce projet, Amazon envoie un message clair : cette technologie représente une partie de l’avenir d’Amazon, et son arrêt n’est pas à l’ordre du jour…

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
NICOLE GOISEAU Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
NICOLE GOISEAU
Invité
NICOLE GOISEAU

Il faut arrêter de subventionner ces géants de la tech avec vos achats et votre participation superflus sur leurs plateformes et réseaux.