Manger trop gras ou trop sucré est mauvais pour la santé. Toutefois, si les aliments riches en graisses nous sont nuisibles, peu d’études et de recherches ont révélé leurs impacts sur notre cerveau. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’université Yale semble lever le voile sur cette question.

En plus de nuire à la ligne, la malbouffe nuit aussi à notre cerveau

L’étude en question publiée dans la revue Cell Metabolism atteste que les régimes ou habitudes alimentaires riches en graisses ne sont pas seulement mauvais pour la ligne. Ils sont également nocifs pour le cerveau. Plus précisément, les chercheurs déclarent qu’un régime riche en glucides et en graisses affecte notre hypothalamus.

Pour rappel, l’hypothalamus est la partie du cerveau qui contrôle certaines de nos fonctions vitales comme la régulation de la soif et de la faim. Pourtant, une alimentation trop riche en graisses provoquerait une inflammation de l’hypothalamus et ce, en seulement 3 jours.

Les effets sur le cerveau ne se sont pas fait attendre

Les scientifiques ont découvert que la mauvaise nutrition affecte très rapidement le cerveau. Dans une expérimentation menée sur des animaux soumis à un régime riche en graisses, les chercheurs ont observé une rapide modification des structures des cellules microgliales. Comme l’explique Futura Santé, ces cellules constituent la première ligne de défense du système nerveux central et régule l’inflammation.

Pourtant, cette modification des cellules microgliales semble avoir été causée par d’autres changements affectant, cette fois-ci, les mitochondries, c’est-à-dire les organites qui fournissent de l’énergie à notre corps à travers les aliments que nous consommons.

— ArtFamily / Shutterstock.com

La malbouffe active une protéine qui ébranle le fonctionnement de l’hypothalamus

Dans cette expérience, les scientifiques ont observé que les mitochondries des animaux soumis à une alimentation riche en graisses étaient considérablement plus petites. Selon les chercheurs, cette réduction de taille des mitochondries est due à une protéine (UCP2) qui affecte ainsi le fonctionnement de l’hypothalamus à tel point que les animaux voulaient toujours manger plus. Toutefois, une fois la protéine enlevée, ces animaux parvenaient à manger moins.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Ilias Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Ilias
Invité
Ilias

Cela manque encore de clarete et de precision. Seulement une fois vous avez dit « une alimentation riche en graisse ET en glucides ». C’est bien la combinaison des deux qui pose probleme et les glucides en sont la cause. Car le corps prefere utiliser les glucides, carburant plus facile a utiliser.… Lire la suite »