squelette dinosaure
— Rafael Trafaniuc / Shutterstock.com

Il y a quelques décennies seulement, l’extraction de l’ADN des fossiles était considérée comme de la science-fiction. Aujourd’hui, l’étude du matériel génétique ancien est un élément courant et nécessaire de la paléontologie.

Lorsque vous entendez parler de ce sujet, la première chose qui vous vient à l’esprit est Jurassic Park, mais il ne s’agit pas seulement de fantasmes de dé-extinction. En fait, l’ADN fossile a révolutionné la façon dont les scientifiques examinent le passé et a permis de résoudre de nombreux problèmes déconcertants en paléontologie.

Le principe de base de l’ADN

L’ADN (acide désoxyribonucléique) se trouve dans chaque cellule de tous les organismes ayant existé sur Terre, y compris les dinosaures. L’ADN est considéré comme une molécule qui porte le code génétique, un ensemble d’instructions qui aide le corps et le cerveau à se développer et à prospérer.

Votre ADN est différent de celui des autres. Il comporte les informations génétiques qui vous caractérisent, comme la couleur de vos yeux et le fait que vos cheveux soient lisses ou frisés.

L’ADN est beaucoup plus facile à découvrir dans les « tissus mous » d’un animal, tels que ses organes, ses vaisseaux sanguins, ses neurones, ses muscles et sa graisse. Mais les parties molles d’un dinosaure ont disparu depuis longtemps. Ils sont morts de pourriture ou ont été dévorés par un autre dinosaure.

Qu’est-ce que l’ADN fossile ?

L’ADN fossile est l’étude des molécules d’ADN dégradées extraites de substrats qui n’ont pas été spécifiquement préservés pour de futures analyses génétiques. Il peut s’agir d’os, de dents, de sols, de sédiments et de spécimens de musées anciens.

Des avancées récentes ont permis de récupérer et d’analyser régulièrement des données sur l’ensemble du génome à partir d’échantillons et de spécimens anciens. Ces progrès résultent du séquençage à grande échelle nouvelle génération, associé à des procédures de laboratoire humide hautement sophistiquées.

Cela a transformé de nombreux événements préhistoriques et historiques clés, tels que l’évolution humaine et les schémas de migration et de mélange du passé, la domestication des plantes et des animaux, les changements dans la biodiversité et l’écologie, et l’histoire évolutive des animaux disparus.

Dinosaures

Y a-t-il de l’ADN dans les fossiles de dinosaures ?

Les fossiles de dinosaures sont tout ce qui reste de ces animaux préhistoriques. Ceux-ci se forment à partir des « parties dures » des dinosaures, qui ont été immergés pendant des dizaines de millions d’années dans de la boue, des minéraux et de l’eau anciens.

Des fossiles de dinosaures ont été découverts dans le sol, au fond des rivières et des lacs, et sur les flancs des falaises et des montagnes. Il arrive même d’en trouver dans son jardin. On les trouve fréquemment près de la surface et ils sont généralement incrustés dans une roche sédimentaire.

Avec suffisamment de fossiles, les scientifiques peuvent construire un squelette de dinosaure, semblable à celui que vous voyez dans un musée.

Le problème avec l’ADN des dinosaures

Lorsqu’il s’agit de trouver de l’ADN dans les fossiles de dinosaures, les scientifiques sont confrontés à un défi majeur. Les molécules d’ADN se dégradent avec le temps. Selon des recherches récentes, l’ADN se dégrade et finit par se désintégrer après environ 7 millions d’années. Bien que cette période puisse sembler longue, le dernier dinosaure est mort à la fin de l’ère du Crétacé. C’était il y a plus de 65 millions d’années.

Si vous trouvez un fossile aujourd’hui, tout l’ADN du dinosaure s’est décomposé depuis longtemps. Cela signifie que, pour autant que les scientifiques le sachent, même avec la technologie la plus avancée disponible aujourd’hui, l’extraction de l’ADN de dinosaures à partir de fossiles n’est pas envisageable.

Bien qu’il soit trop tard pour découvrir l’ADN des dinosaures, les scientifiques ont récemment découvert quelque chose de presque aussi excitant. Des fragments d’ADN ont été découverts dans les restes de Néandertaliens et d’autres créatures anciennes comme les mammouths laineux. C’est logique étant donné que ces fragments ont moins de 2 millions d’années, avant que l’ADN ne se dégrade.

scientifique

L’ADN fossile est une ressource fantastique pour les scientifiques qui espèrent en apprendre davantage sur le passé, et les chercheurs se réjouissent de l’avenir. Des laboratoires du monde entier tentent actuellement d’affiner, de développer et d’étendre la technologie de récupération de l’ADN du passé.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments