Le réchauffement climatique est une menace pour des milliers d’espèces, notamment celles qui affrontent des hivers très froids. En Norvège, une variété de rennes a trouvé une ruse pour survivre malgré la douceur de l’hiver : ils vont chercher leur nourriture sur la plage.

L’UN DES RENNES LES PLUS RÉSISTANTS TOUCHÉ PAR LES HIVERS PLUS DOUX

Le renne sauvage du Svalbard est l’une des espèces les plus septentrionales au monde. Peuplant principalement l’île du Spitzberg en Norvège, ce renne est taillé pour survivre aux conditions extrêmes. Il est à la fois court sur pattes et plus petit que les autres rennes, ce qui le rend plus robuste que ses cousins américains.

En hiver, il se nourrit de fougère, de mousse ou encore d’herbes de la toundra. Le froid polaire ne les effraie pas mais le réchauffement climatique a changé leur manière d’affronter l’hiver.

Le renne du Svalbard en pleine recherche de nourriture © Wikipedia / Per Harald Olsen

LA PLAGE, GARDE-MANGER HIVERNAL ?

Quand les hivers sont plus doux, la neige se change en pluie pendant la journée. Mais la nuit, le froid change cette pluie tombée en glace. Celle-ci est trop résistante même pour les sabots des rennes. Les chercheurs du Centre for Biodiversity Dynamics de l’Université norvégienne des sciences et des technologies (NTNU) ont alors étudié les solutions choisies par les rennes pour survivre.

Ils ont constaté que près de 7 000 rennes quittaient l’intérieur des terres pour se rendre sur les plages. Après avoir analysé les excréments des animaux, les chercheurs ont découvert que les rennes du Svalbard mangeaient des algues marines. Les animaux combinent ces plantes avec les herbes qu’ils arrivent à brouter pour affronter l’hiver.

En temps normal, le renne du Svalbard mange herbes et mousses

UNE MANIÈRE DE SURVIVRE PLUS QU’UNE VRAIE SOLUTION ?

Si les rennes parviennent à survivre en se rendant sur les plages, cette solution n’est pas idéale pour eux. Les algues marines sont une source de nourriture mais elles leur provoquent des diarrhées. En plus, elles ne leur apportent pas tous les nutriments nécessaires à leur bonne santé.

Cependant, cette modification temporaire de leur régime alimentaire montre que les rennes du Svalbard s’adaptent aux changements. Les espèces animales peuvent donc faire face aux hivers plus doux même si les conditions sont difficiles. Néanmoins, il serait préférable qu’ils puissent accéder aux herbes de la toundra, meilleures pour leur santé.

L’algue reste une alternative nutritive pour les rennes

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de