— Michael Vi / Shutterstock.com

L’État de Californie a déposé une plainte contre Activision Blizzard. L’entreprise est accusée de favoriser un environnement de travail sexiste et discriminatoire à l’égard des femmes. Des allégations de harcèlement sexuel ont notamment été rapportées au sein de la firme américaine spécialisée dans la création de jeux vidéo.

Le Département californien de l’emploi et du logement équitables (DFEH) a décidé de traduire en justice le célèbre éditeur de jeux vidéo Blizzard Entertainment et son propriétaire Activision Blizzard. Cette décision a été prise après qu’une enquête de deux ans a abouti à la conclusion que l’entreprise a créé une culture de « harcèlement sexuel constant » et de discrimination fondée sur le sexe. Ces discriminations concernent notamment leur salaire, leur possibilité d’évolution au sein de l’entreprise, les tâches qu’elles doivent accomplir et la manière dont leurs contrats sont clos.

En ce qui concerne le harcèlement sexuel, le DFEH a rapporté dans sa plainte des cas d’attouchements indésirables de la part de certains employés masculins, alors que ces derniers consomment de l’alcool sur le lieu de travail. La plainte rapporte également que de nombreux salariés masculins arrivent au travail avec une gueule de bois, et choisissent de jouer au lieu de travailler, déléguant ainsi leurs tâches aux employés féminins. L’un des pires cas de harcèlement pratiqué au sein de l’entreprise aurait même abouti au suicide d’une salariée, a rapporté IGN. Cette dernière aurait subi beaucoup de pression de la part d’un supérieur qui a apporté des objets sexuels durant un voyage d’affaires.

Peu de temps après l’annonce officielle du DFEH, des employées d’Activision Blizzard n’ont pas tardé à corroborer les faits. De son côté, Activision s’est défendu en affirmant que les accusations qui pèsent sur l’entreprise sont fausses ou déformées, a rapporté Bloomberg.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de