Consternant : cette boulangère risque 8 000€ pour avoir été un peu trop honnête

8 000 euros pour avoir trop informé ses clients, c’est l’amende requise contre un couple de boulangers de la Somme. À Liomer, ce couple vend du pain non bio, fabriqué à partir de farine bio et l’affiche dans son établissement. Est-ce tromper le consommateur ?

Mardi 6 septembre 2016, ce couple comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Amiens. Ce qui leur est reproché est ahurissant. Tout a commencé il y a deux ans avec un panneau de bois mesurant 40 cm sur 44. Dessus, était indiqué « Pain au levain de farine bio moulue sur meule de pierre, cuit au feu de bois ». Fier de travailler avec un paysan-meunier installé à proximité, le couple voulait le faire savoir à ses clients grâce à l’étiquette de la dite farine.

Problème : la farine est bio, elle bénéficie donc des labels « agriculture biologique » français et européens. Cet affichage pourrait prêter à confusion et tomber les consommateurs selon les contrôleurs de la DDPP (Direction départementale de la protection des populations).

Françoise Bourgeois, gérante de l’établissement, se retrouve donc accusée de « présentation de produit faisant croire qu’il bénéficie de la qualité de produit issu de l’agriculture biologique ». Et pourtant, le couple a toujours indiqué que son pain était « au levain naturel », sans jamais affirmer qu’il était bio.

Françoise Bourgeois aurait trompé ses consommateurs avec son pain au levain via Shutterstock
Françoise Bourgeois aurait trompé ses consommateurs avec son pain au levain via Shutterstock

Pire, si le couple n’a pas le label bio, c’est par choix. Il a préféré un label plus exigeant « Nature & Progrès » et moins onéreux. Cette affaire provoque la colère de nombreuses associations paysannes qui soutiennent le couple dans cette épreuve.

Le tribunal d’Amiens a pourtant requis contre l’entreprise 6 000 euros d’amende, dont 4 000 avec sursis, ainsi que 2 000 euros dont 1 000 avec sursis contre sa gérante. « Ce qui est fou dans ce dossier, c’est que l’on reproche à ces gens de dire au consommateur ce qu’ils font, c’est-à-dire du pain au levain naturel à partir de farine bio ! Pour ne pas être en infraction, il faudrait qu’ils cachent la provenance de leur farine », s’insurge leur avocate Marie-Pierre Abiven.

Le pain au levain risque de faire condamner la boulangère via Shutterstock
Le pain au levain risque de faire condamner la boulangère via Shutterstock

De son côté, Alain Bourgeois dénonce le monopole de la labellisation : « la question de fond, à savoir si l’on peut signaler que l’on utilise des ingrédients bio quand on n’a pas le label, a été posée ».

Leur pain est fabriqué à partir de farine certifiée AB, mais ils ne peuvent communiquer dessus via Shutterstock
Leur pain est fabriqué à partir de farine certifiée AB, mais ils ne peuvent communiquer dessus via Shutterstock

Pour savoir si le couple sera condamné, il faudra patienter jusqu’au 4 octobre prochain. En attendant, découvrez comment le Danemark s’impose en véritable précurseur de l’agriculture biologique.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux