Autoportrait en tant qu’allégorie de la peinture (1638-1639)

Dans ce tableau, Gentileschi met en valeur sa personne au lieu de s’inspirer de la mythologie ou de la Bible. L’artiste dévoile ses vues féministes dans cette approche créative. Cette pièce est une peinture unique et le plus célèbre de ses autoportraits.

Selon le Royal Collection Trust, « Gentileschi tient un pinceau dans une main et une palette dans l’autre ». Elle excelle dans l’art de s’identifier en tant que figure féminine de la peinture que ses homologues masculins ne pourraient jamais faire.

Au travers de toutes ces oeuvres, elle démontre non seulement son talent pour représenter l’anatomie féminine, mais aussi que les drames qu’elle a traversés ont été une source d’inspiration lui permettant d’exceller dans la représentation de sujets tragiques. Dans un monde dominé par les hommes, l’artiste a su s’imposer et marquer l’histoire avec ses représentations de thèmes bibliques ou de tragédies.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments