3 bonnes raisons d’aller voir Hôtel Transylvanie 3, le film d’animation qui sent bon l’été

La famille de monstres la plus déjantée de l’univers des films d’animation revient sur grand écran et cette fois, ils prennent des vacances bien méritées. Hôtel Transylvanie 3 : vacances monstrueuses sort cette semaine au cinéma et s’annonce être un très bon divertissement pour petits et grands. Le Daily Geek Show vous donne 3 bonnes raisons d’aller le voir.

UN PETIT AIR DE VACANCES

Le comte Dracula n’est pas vraiment dans son assiette en ce moment, il sent qu’il lui manque quelque chose à sa vie, et cette chose est l’amour. En effet, même entouré de tous les monstres qui constituent aujourd’hui sa famille et de sa fille adorée, il se sent toujours aussi seul, et ses nombreux siècles d’existence n’aident sûrement pas. Pour l’aider à aller mieux, tous se sont cotisés pour emmener Dracula en vacances sur un bateau de croisière luxueux !

Sur ce bateau, toute la petite famille va passer du bon temps, le tout sous le regard du capitaine du bateau, Erika, dont Dracula est tombé éperdument amoureux. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’Erika est en réalité une descendante de Van Helsing, le plus célèbre tueur de monstres, et qu’elle compte bien succéder à son ancêtre. De nombreux rebondissements sont à prévoir dans ce film d’animation où l’humour est omniprésent.

L’ANIMATION À SON SUMMUM

Dans les 3 films d’Hôtel Transylvanie, un soin tout particulier est apporté à l’animation des personnages. En effet, Genndy Tartakovsky, qui a réalisé les 3 volets, met l’accent sur l’humour visuel plus que l’humour apporté par le langage. De ce fait, il est important que l’animation des traits des protagonistes soit en accord avec la vision du réalisateur.

Et sur ce point, les animateurs ont fait un travail exemplaire sur Hôtel Transylvanie 3. On passe d’expressions cartoonesques à des expressions très réalistes en un tour de main, accentuant ainsi les gags. De plus, pour la première fois, les personnages changent enfin de décors ce qui donne plus de liberté créative tant au niveau des décors que des couleurs et effets de lumière.

UN PETIT AIR DE NOSTALGIE

Cela fait du bien de retrouver des personnages que nous avons si bien appris à apprécier tout au long des deux précédents films et en plus dans un nouveau décor qui entraîne de nouvelles situations. En plus, le réalisateur s’est inspiré de sa propre expérience pour raconter les faits, ce qui donne un effet de proximité et une impression de vécu.

À ce propos, Genndy Tartakovsky a déclaré : “Après le deuxième film, j’ai eu besoin de vacances, et ma belle-famille nous a surpris en nous offrant une croisière familiale. Je suis certain que beaucoup de gens aiment leurs beaux-parents autant que moi les miens, mais cette croisière nous a forcés à vivre dans un petit espace, les uns sur les autres, pendant une semaine. C’est alors que je me suis demandé ce qui se passerait si Drac se retrouvait dans la même situation…” On pourra tous s’identifier dans certaines des scènes de ce film que vous pourrez aller voir dès mercredi dans les salles obscures.


Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde.

— Jean d’Ormesson