LE BOUILLON DE ONZE HEURES

Conçue à partir des fleurs, les préparations des apothicaires variaient selon les pathologies. L’ornithogale se diluait dans un bouillon impérativement consommé à heure fixe. Or, le remède engendrait des dégâts. Une heure après son absorption, quelques patients ne se réveillaient pas. Surnommée « Dame de onze heures » par ses détracteurs, la mauvaise réputation de la plante médicinale a survécu à la légende. Simple mythe, coïncidence ou fatalité, la piste de l’empoisonnement perdure.

4
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
David MaltaisGioTintinMichel Ménard Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel Ménard
Invité
Michel Ménard

COURIR LE GUILLEDOU Ça se dit encore un peu au Québec, surtout chez les vieux..

Tintin
Invité
Tintin

J’utilise toutes ces expressions.