CRIER HARO SUR LE BAUDET

Au Moyen Âge, le mot « haro » mettait fin aux agressions. Sauvée des griffes de son bourreau grâce à l’intervention des témoins aux alentours, la victime reprenait le cours de sa vie. Quant au coupable, il devait assumer ses responsabilités face à ses détracteurs. Cette fable de Jean de la Fontaine relatait la mise en pâture d’un baudet par ses congénères. Ces derniers l’accusaient de véhiculer une épidémie.

4
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
David MaltaisGioTintinMichel Ménard Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel Ménard
Invité
Michel Ménard

COURIR LE GUILLEDOU Ça se dit encore un peu au Québec, surtout chez les vieux..

Tintin
Invité
Tintin

J’utilise toutes ces expressions.