13 440 personnes connectées

Découvrez le manga King’s Game : un thriller haletant qui vous plonge au cœur d’un jeu mortel

C’est bien connu, le lycée est souvent le lieu des premiers regards, premiers amours… Et des premiers téléphones portables. Alors que nous vivons dans un monde dit connecté, l’acquisition du téléphone portable marque souvent le début de notre entrée dans un monde rempli de règles, telles que faire attention aux numéros inconnus. C’est ce que nous propose le manga King’s Game, dessiné par Renda Hitori. SMS étranges, ordres étonnants… Découvrez avec nous les aventures virant rapidement au cauchemar que vont vivre ces adolescents.

A l’origine, King’s Game est un roman publié sur internet et ayant connu un immense succès. Il a par la suite été adapté en manga. De type seinen, King’s Game vous invite au milieu d’une classe de lycéens pris au piège dans un jeu appelé « Le jeu du roi » avec des règles simples : qui ne consent pas au défi quotidien devra mourir le soir même. Une pression pesante qui se fait ressentir à chaque page. Série courte en cinq volumes divisés en quatre versions, King’s Game vient traiter d’un thème original qui aura largement séduit son public.

king_s_game_681906

Nobuaki Kanazawa est un lycéen tout à fait ordinaire, surtout lorsque l’on comprend que son but dans la vie est de déclarer sa flamme à la fille de ses rêves. Cet objectif, il ne le gardera pas longtemps dans la mesure où il est réveillé en pleine nuit suite à un épouvantable cauchemar. Réflexe d’adolescent, il regarde son téléphone pour lire l’heure, mais est interrompu par la réception d’un SMS on ne peut plus étrange : deux élèves de sa classe devront s’embrasser le lendemain, sous peine de recevoir la punition du roi. Pensant à une blague malsaine, notre protagoniste se rendort.

Ce qu’il n’avait pas vu venir, cependant, c’est que toute sa classe avait reçu l’exact même texto, ce qui bien entendu créa une ambiance d’excitation et de rigolade le jour venu. Pris au jeu, la plupart de ses camarades firent en sorte que les deux personnes concernées s’embrassent. Le plus étrange reste cependant à venir : lorsque cet ordre fut exécuté, tous les élèves reçurent un SMS de confirmation le soir même, avec également un nouvel ordre. Plus les jours passent plus les ordres sont malsains et semblent ne jamais s’arrêter, avec pour refus d’obtempérer une punition de mort. Une ambiance oppressante s’installe, créant divers conflits au sein de ce groupe.

Boys

Vous l’aurez compris, une véritable chasse à l’homme débute lorsqu’ils comprennent que le roi se trouve sans aucun doute au sein même du lycée. Malheureusement, alors que certains souhaitent s’entraider afin d’éviter une tuerie massive, d’autres voient le jeu du roi comme une opportunité de se venger d’évènements passés. S’ensuit alors une division entre les élèves, rendant la tâche du roi parfois bien plus simple. Les demandes exigées par le roi étant de plus en plus tordues et macabres, les doutes vont rapidement s’installer au sein de la classe qui ne demande qu’à ce que le jeu s’arrête.

King’s Game vous introduira au fur et à mesure de l’avancement du jeu les différents personnages. Un parti pris qui s’avère payant et cohérent avec l’intrigue, appuyé par des dessins sobres mais clairs. Avec son intrigue prenante et ses personnages qui ont un taux de mortalité on ne peut plus élevé, ce manga est vraiment là pour vous faire accrocher jusqu’à la fin, vous donnant envie d’élaborer diverses théories et suppositions afin de découvrir l’identité du roi.
King_s_game_4_centre King_s_game_extreme_2_centre 0

Alors que King’s Game peut vous faire penser à de nombreuses reprises à la fameuse histoire de Death Note, notamment par la question posée sur le droit de vie et de mort, ce manga vous plonge dans une ambiance sombre et pesante qui ne connaît par ailleurs aucun répit. Suspense, interrogations et suppositions seront au rendez-vous pour tous les lecteurs qui auront sans aucun doute accroché à cette intrigue très poignante.

Les premiers sentiments sont toujours les plus naturels.

— Madame de Sévigné