13 156 personnes connectées

Grâce à l’édition génétique, des chercheurs peuvent cibler l’origine d’une tumeur cancéreuse

Si l’outil d’édition de gènes CRISPR a déjà montré un grand potentiel pour aider les médecins à traiter les maladies les plus tenaces, les scientifiques l’ont récemment utilisé pour cibler le l’origine des tumeurs cancéreuses, arrêtant leur croissance et augmentant les taux de survie chez des souris.

Cibler les gènes de fusion du cancer

Dans cette nouvelle étude, le CRISPR visait directement les gènes de fusion, formés lorsque deux gènes se combinent pour former un hybride, entraînant la formation de protéines anormales qui provoquent souvent des cancers ou l’aident à grandir.

Ces gènes de fusion ont également une empreinte ADN unique, que des chercheurs de l’Université de Pittsburgh ont pu utiliser pour les rechercher et les modifier. Des virus spécialement conçus ont ensuite été appliqués pour remplacer les gènes de fusion par des gènes tueurs de cancer.

 » C’est la première fois que l’édition de gènes a été utilisée pour cibler spécifiquement les gènes de fusion du cancer « , explique le chercheur principal, Jian-Hua Luo. « C’est vraiment excitant parce qu’il nous offre de nouvelles bases pour ce qui pourrait devenir une approche totalement nouvelle du traitement du cancer. »

Une expérience réalisée sur des cancers humains

CRISPR a déjà été utilisé pour stimuler les cellules immunitaires dans la lutte contre certains types de cancers. Cette fois-ci, les chercheurs se sont attaqués à une des causes de la croissance du cancer, démontrant une nouvelle façon de s’attaquer à la maladie.

Un type de gène de fusion appelé MAN2A1-FER a été ciblé, précédemment identifié par la même équipe comme étant présent dans certains types de cancer agressifs comme la prostate, le foie, les poumons et les ovaires.

Jian-Hua Luo a d’ailleurs émis une belle métaphore pour illustrer cette idée.  » D’autres types de traitements contre le cancer visent les soldats de l’armée « , explique Luo.  » Notre approche consiste à cibler le centre de commandement, afin qu’il n’y ait aucune chance pour les soldats de l’ennemi de se regrouper sur le champ de bataille « .

Des résultats prometteurs

Les gènes de destruction du cancer modifiés par CRISPR ont été injectés chez des souris portant des cellules de cancer de la prostate humaine et du foie. Les tumeurs ont été réduites en taille jusqu’à 30 pour cent, aucune croissance secondaire n’a été observée et toutes les souris ont survécu jusqu’à la fin du test de huit semaines.

Alors que dans un groupe témoin de souris qui n’a pas reçu le traitement, la taille des tumeurs cancéreuses a été multipliée par 40, la métastase ou la propagation du cancer était fréquente et tous les animaux sont morts avant la fin de l’étude. De plus, du fait que les gènes de fusion ne se produisent que dans les cellules cancéreuses, les cellules saines sont laissées seules.

L’avenir de la chimiothérapie

Cela pourrait donner à la nouvelle technique un grand avantage par rapport à la chimiothérapie, qui a de nombreux effets secondaires indésirables sur des parties saines du corps. Si s’attaquer aux gènes de fusion n’a pas complètement éliminé le cancer, il y a de l’espoir pour qu’un processus plus élaboré puisse réussir à l’avenir.

Des recherches supplémentaires sont également nécessaires pour voir si cela peut fonctionner aussi bien chez l’homme que chez les souris, mais comme il s’agissait de cancers humains xénogreffés à la souris, le travail jusqu’à présent est beaucoup plus prometteur qu’une étude traditionnelle sur les petits cobayes.  » L’approche du génome décrit ici devrait en principe s’appliquer à la plupart des cancers humains portant des gènes de fusion « , concluent les chercheurs.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux