12 028 personnes connectées

Pourquoi l’être humain tombe amoureux ?

Pourquoi l’être humain tombe amoureux ?

Votre cœur bat plus vite, les glandes s’ouvrent pour secréter les gouttes de transpiration et votre corps commence à produire des hormones qui vous font ressentir une sorte d’étourdissement et de chaleur à l’intérieur… Ce sont quelques-uns des processus biologiques qui se mettent en place lorsque vous êtes plongé dans les premières affres de l’amour. Ce sentiment universel peut avoir existé bien avant l’origine de l’humanité, et certains pensent qu’il est né de la mort et de la violence.

L’amour est tellement omniprésent dans notre vie que l’art et la culture semblent envahis par ce thème. Les rayons des bibliothèques sont remplis de prose romantique. « L’amour n’est pas le jouet du Temps, écrit Shakespeare dans son sonnet 116. L’amour ne change pas avec les heures et les semaines éphémères, mais il reste immuable jusqu’au jour du jugement. »

shakespeare-17

En effet, un regard sur l’évolution de l’amour dans le règne animal suffit pour constater que l’amour a fait ses débuts bien avant l’avènement de l’humanité. De plus, il aurait pu naître de quelque chose d’assez sinistre. Le voyage au pays de l’amour que nous connaissons aujourd’hui a commencé avec le sexe, qui était l’une des premières activités sur Terre. Au départ, le sexe n’était qu’un moyen de transmettre les gènes d’un organisme à la prochaine génération.

cerveau-zones-amour-18

Quant à l’amour, la vie avait d’abord besoin d’un cerveau qui pourrait faire face à des émotions. Ce n’est que quelques milliards d’années après la naissance de la vie que commence la grande aventure du cerveau. Au début, il était seulement un petit amas de cellules. 60 millions d’années plus tard apparaissent les premiers membres de notre famille, les primates. Au cours des millions d’années d’évolution, certains primates développent des cerveaux toujours plus grands, produisant finalement les humains modernes.

Mais il y a un problème. Avec l’augmentation du cerveau, les bébés doivent être nés à un stade plus précoce du développement. Sinon, leurs têtes seraient trop grosses pour passer par le col à la naissance.

primates-cerveau-amour-20

En conséquence, les bébés des gorilles, des chimpanzés et des humains sont incapables de survivre seuls pendant une longue période. Leurs parents doivent passer de plus en plus de temps à s’occuper d’eux. Cette enfance prolongée a créé un nouveau risque. Aujourd’hui chez les nombreux primates, une mère avec un enfant à charge est indisponible pour s’accoupler jusqu’à ce que son enfant soit sevré. Pour accéder à elle, un mâle devrait d’abord tuer son enfant. Cette sorte d’infanticide ciblé a lieu chez de nombreuses espèces, y compris les singes et les dauphins.

Cela a conduit Kit Opie de l’University College de Londres au Royaume-Uni et ses collègues à proposer une idée surprenante. En effet, près d’un tiers des primates forment des relations hommes-femmes monogames. En 2013, Opie a suggéré que ce comportement avait évolué pour prévenir l’infanticide.

primate-evolution-amour-21

Son équipe a étudié l’arbre généalogique des primates pour voir comment les comportements tels que l’accouplement et la parentalité avaient changé au cours de l’évolution. Leur analyse suggère que l’infanticide a été la force motrice de la monogamie pendant 20 millions d’années, car il a toujours précédé la monogamie dans l’évolution.

parents-enfant-famille-14

D’autres espèces ont trouvé des solutions différentes, ce qui explique pourquoi certains primates ne sont pas monogames. Par exemple, les chimpanzés et les bonobos minimisent le risque d’infanticide grâce à la promiscuité élevée. Les mâles ne tuent pas les bébés parce qu’ils ne savent pas lesquels sont les leurs. Mais chez les espèces où les mâles et les femelles ont commencé à nouer des liens forts, les chances de survie de leur progéniture ont augmenté, car les mâles pourraient aider à leur croissance. En conséquence, la monogamie a été favorisée par l’évolution, affirme Opie.

Ce processus peut avoir été une voie à sens unique, soutient Robin Dunbar de l’université d’Oxford au Royaume-Uni. Il aurait pu entraîner des changements importants dans le cerveau, « pour maintenir le couple lié à vie ». Cela inclut une préférence pour votre partenaire et l’antagonisme à l’égard des rivaux potentiels. D’après Opie, cela aurait pu être le facteur qui a changé l’évolution humaine. Les soins masculins supplémentaires ont aidé les premières sociétés humaines à croître et à prospérer, ce qui à son tour « a permis à nos cerveaux de devenir plus grands que ceux de nos plus proches parents ».

singe-primate-pensif-22

L’AUGMENTATION DE LA TAILLE DU CERVEAU S’ACCOMPAGNE D’UNE MEILLEURE COOPÉRATION ENTRE LES INDIVIDUS

Stephanie Cacioppo de l’université de Chicago dans l’Illinois, Etats-Unis, a potassé la littérature scientifique pour trouver des études d’imagerie cérébrale IRMf examinant les parties du cerveau impliquées dans l’amour. Elle a trouvé que les états les plus intenses et « abstraits » de l’amour sont liés à une partie du cerveau appelée le gyrus angulaire.

Il existe des preuves pour étayer cette thèse. L’augmentation de la taille du cerveau s’accompagne du développement de la coopération et de la taille du groupe. Nous pouvons voir une tendance vers des groupes plus importants et une plus grande coopération chez le premier Homo erectus qui a vécu il y a près de deux millions d’années. De plus, il semble que le processus amoureux dépende de régions du cerveau qui sont apparues très récemment dans notre histoire évolutive.

Schéma d'un cerveau
Schéma d’un cerveau

Cela peut être important pour certains aspects du langage, comme des métaphores. Ainsi, sans un langage complexe, nous ne pouvons pas exprimer les aspects les plus raffinés et intenses de nos émotions. En théorie, c’est le gyrus angulaire de Shakespeare qui intervenait lors de l’écriture de ses sonnets d’amour. Cette partie du cerveau n’est présente que chez les grands singes et les humains.

D’après Cacioppo, nous ne savons pas vraiment quel rôle il joue dans les émotions des singes, parce que « les expériences IRMf complémentaires n’ont pas été réalisées sur les grands singes ». Donc, nous ignorons ce que les chimpanzés ressentent pour leurs camarades. Évidemment, ils n’écrivent pas de sonnets, mais la plupart des humains non plus. Pourtant, les conclusions de Cacioppo appuient l’idée que la croissance de nos cerveaux a favorisé le développement de l’amour.

couple-plage

Cependant, l’idée d’Opie établissant un lien entre ce processus et l’infanticide est controversée. Il n’est pas avéré que ce dernier ait joué un rôle dans le développement de la monogamie. L’anthropologue Robert Sussman de l’université Washington de St Louis dans le Missouri, Etats-Unis, fait partie des sceptiques. Il affirme que la monogamie et l’infanticide sont des comportements tellement inhabituels qu’ils sont peu susceptibles d’être liés.

ours-polaire-amour-15

Il existe d’autres thèses. Une étude de 2014 a suggéré que la monogamie a évolué comme une excroissance d’une « stratégie pour garder la compagne » : autrement dit, les mâles fréquentant une femelle tiennent à s’assurer que personne d’autre ne s’accouple avec elle. Un an plus tard, une autre étude a reconstruit l’évolution d’un autre groupe de primates appelés Lemuroidea. Elle a constaté que la concurrence entre femelles aurait encouragé les liens du couple. Opie est en désaccord : il trouve que les méthodes de ces études « ne peuvent pas être utilisées pour déterminer le passage à la monogamie ».

Mais il y a une chose que tous les primates ont en commun : un fort lien mère-enfant. C’est vrai « même pour les primates nocturnes qui vivent en solitaire », dit Sussman. Il suggère que les processus cérébraux qui sous-tendent le lien mère-enfant ont été « détournés » pour créer l’amour romantique. Il existe des preuves neuroscientifiques qui pourraient lui donner raison. L’amour est difficile à définir, mais les neuroscientifiques s’accordent à dire qu’il existe plusieurs étapes qui se chevauchent. La première étape est le désir sexuel : nous nous sentons attirés par une autre personne. Le toucher libère les produits chimiques qui provoquent le sentiment de bien-être et un désir intense d’être avec elle.

Un couple amoureux via Shutterstock
Un couple amoureux via Shutterstock

Les parties de notre système limbique, responsable des zones les plus anciennes du cerveau humain, sont actives au cours de cette étape. Ce système inclut le cortex insulaire, une zone connue pour être impliquée dans des expériences émotionnelles intenses. Le striatum est également en état d’excitation. C’est la plaque tournante du système de récompense du cerveau qui réagit face à un visage attrayant : nous sommes récompensés simplement en regardant la personne que nous désirons.

Quand le désir passe à l’étape suivante – l’amour romantique – le système limbique joue à nouveau un rôle clé. Il pompe la dopamine chimique qui procure le sentiment de bien-être et l’hormone ocytocine qui renforce les liens sociaux. Cette progression implique que le plaisir intense éprouvé au stade du désir sexuel peut conduire directement à l’amour, explique Cacioppo. « L’amour évolue à partir du désir. Vous ne pouvez pas aimer passionnément quelqu’un que vous ne désirez pas. » En même temps, d’autres zones plus avancées du cerveau sont inhibées. Par exemple, la recherche a montré que les parties du cortex préfrontal sont désactivées. Ceci est une zone impliquée dans des décisions rationnelles.

Un couple via Shutterstock
Un couple via Shutterstock

A ce stade, nous sommes littéralement « fous amoureux ». Les amoureux n’analysent pas le monde autour d’eux, explique Thomas Lewis, un neuroscientifique à l’université de Californie à San Francisco aux Etats-Unis. « Ils n’évaluent pas la personne de façon critique ou hautement cognitive. » La sécrétion de la sérotonine, qui nous aide habituellement à nous calmer, est également inhibée. Cela a un certain sens quand on considère la façon dont nous pouvons devenir obsédés par quelqu’un. Ce n’est pas par hasard que les niveaux de sérotonine sont également faibles dans le cerveau des personnes souffrant de troubles psychologiques, comme le trouble obsessionnel compulsif.

couple-mariage-amour-10

« Ce que veut l’évolution, c’est qu’en tombant amoureux, deux individus passent beaucoup de temps ensemble… pour qu’une grossesse se mette en route », dit Lewis. Mais une fois que l’acte a eu lieu, les couples ne restent pas pour longtemps dans un tel état obsessionnel. Après plusieurs mois, parfois après une « période de lune de miel » intermédiaire, commence le stade du concubinage. Maintenant, les niveaux de sérotonine et de dopamine se normalisent. Mais il y a encore un sentiment de proximité, favorisé par une surproduction d’ocytocine qui aide les espèces à rester monogames.

« Les liens qui rapprochent les gens ne sont pas basés sur la dopamine ou l’excitation délirante intense », affirme Lewis. « Il y a encore une récompense, mais elle a un effet calmant », ce qui nous ramène à la suggestion de Sussman que l’amour romantique a évolué à partir du lien mère-enfant. Les obligations des couples à long terme sont semblables à celles entre la mère et l’enfant et reposent sur des processus hormonaux similaires.

mère-fils-amour-13

Chez les animaux comme chez les humains, la recherche a montré que la séparation d’un être aimé crée les mêmes sentiments de douleur émotionnelle. Il est logique que nous voulions éviter la douleur de la séparation en restant ensemble. Ces sentiments semblent avoir des racines profondes dans l’histoire évolutive. Le système limbique joue un rôle clé dans toutes les étapes connues de l’amour.

Beaucoup d’autres mammifères, et même les reptiles, ont une certaine forme de système limbique. Cette zone du cerveau existait bien avant l’apparition des premiers primates. « Les parties les plus anciennes du cerveau sont impliquées dans l’attachement, la création de liens du couple, et ces zones sont activées chez de nombreuses espèces », soutient Cacioppo.

flamants-roses-amour-9

En d’autres termes, les cerveaux des animaux ont été prêts à certaines formes d’amour pendant des centaines de millions d’années. En cours de route, d’autres facteurs ont poussé nos ancêtres à développer des cerveaux toujours plus grands, ce qui nous rend sensibles à l’amour romantique.

Que ce soit l’infanticide ou l’attachement d’une mère à son enfant qui nous a poussés à nous rapprocher, le résultat en valait la peine. Nous devons une grande partie de notre succès en tant qu’espèce à cette petite chose assez incroyable qu’on appelle l’amour. Si ce thème vous intéresse, découvrez les astuces de l’oiseau jardinier, ce grand romantique qui redouble de créativité pour séduire son âme sœur.

 

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

Les services secrets britanniques utilisaient leur sperme comme encre invisible