12 792 personnes connectées

Découvrez l’acupuncture, cette médecine exceptionnelle sous-estimée en Occident

En Chine, c’est une pratique courante : lors d’une opération chirurgicale, y compris à cœur ouvert, le patient est analgésié grâce à l’acupuncture. Remplacer les anesthésiants classiques par de simples aiguilles permet d’éviter de nombreux troubles. Découvrez les incroyables pouvoirs de l’acupuncture.

Une insensibilisation prouvée

La pratique de l’acupuncture, attestée en Asie depuis des millénaires, intéresse les scientifiques depuis les années 1990, qui se sont penchés sur la question de son efficacité. Pour prouver qu’elle permet réellement de diminuer, voire supprimer la douleur, des études ont été menées sur des animaux : le risque de biaiser les résultats avec l’effet placebo est ainsi écarté.

Des lapins ont ainsi été traités avec des aiguilles aux mêmes points d’acupuncture que chez l’homme lorsqu’on veut opérer le pied. Le stimulus douloureux était introduit par une piqûre à la patte poussant normalement l’animal à la retirer par réflexe. Les aiguilles d’acupuncture sont reliées à un stimulateur électrique, qui renforce leur effet. L’effet analgésiant apparaît au bout de 20 à 30 minutes, comme chez l’homme, chez 72 % des lapins. Lorsque les aiguilles sont placées au hasard, à plus d’un centimètre du point d’acupuncture, aucune réaction n’apparaît.

Les avantages de l’acupuncture lors d’une intervention chirurgicale

L’acupuncture permet de ne pas surcharger le corps de tranquillisants dont les lourds effets demandent au patient beaucoup de temps avant de se remettre. Lors d’une intervention à cœur ouvert, deux tiers des anesthésiants peuvent ainsi être supprimés. Le patient reste conscient et peut même communiquer.

Pendant la phase de récupération, les complications infectieuses se font beaucoup plus rares. La cicatrisation est facilitée et la question de la reprise du transit intestinal ne se pose pas. Autant d’avantages qui accélèrent la récupération, et rendent une opération chirurgicale moins lourde à supporter.

L’avenir de l’acupuncture dans la médecine

Il faut toutefois noter que quelques sédatifs de base sont tout de même administrés au patient, en fonction du type d’opération. En effet, l’analgésie obtenue grâce aux aiguilles est incomplète. Une combinaison de l’acupuncture avec l’anesthésie classique semble donc être un compromis parfaitement viable, pour renforcer les effets des aiguilles tout en limitant les doses d’anesthésiques. Les personnes fragiles (personnes âgées ou malades), pour lesquelles une anesthésie classique est trop risquée, pourraient ainsi se faire opérer. Mais les mentalités occidentales, qui placent toute leur confiance dans le médicament, sont encore réticentes à ce genre de pratiques…

Ces articles vont vous plaire

Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

— Philippe Noiret