zone d'exclusion Tchernobyl
— Konoplytska / Shutterstock.com

Malgré tout son potentiel, l’énergie nucléaire reste controversée, essentiellement à cause des déchets nucléaires et des risques d’accident nucléaire. La catastrophe de Tchernobyl a été l’un des plus graves accidents nucléaires au monde. Même jusqu’à aujourd’hui, la zone d’exclusion de la catastrophe reste inhabitable.

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl : que s’est-il passé ?

C’est en grande partie à cause du désastre de Tchernobyl que l’énergie nucléaire est si controversée. En effet, même si le nucléaire est une source d’énergie plutôt sûre et propre, l’accident survenu au sein de cette centrale nucléaire ukrainienne en avril 1986 continue de susciter beaucoup de craintes. Largement considéré comme la pire catastrophe nucléaire de l’histoire de l’humanité, l’accident de Tchernobyl a en effet eu des conséquences désastreuses, et même aujourd’hui, la zone d’exclusion reste inhabitable.

En guise de rappel, la catastrophe nucléaire de Tchernobyl est survenue le 26 avril 1986 après un essai de sécurité destiné à mesurer la capacité de la turbine à vapeur à alimenter les pompes d’eau de secours du réacteur nucléaire numéro 4 de la centrale. Une erreur de la part des opérateurs, ainsi qu’un défaut de conception du réacteur, ont provoqué une réaction en chaîne qui a abouti à une fusion et des explosions qui ont rompu le cœur du réacteur et qui ont détruit le bâtiment qui le contenait.

Cela a été immédiatement suivi d’un incendie à ciel ouvert du cœur du réacteur qui a duré jusqu’au 4 mai 1986. Ainsi, pendant près de 10 jours, des contaminants radioactifs en suspension dans l’air ont été libérés et se sont déposés un peu partout en Europe. Il a été estimé que l’incendie a libéré environ la même quantité de matière radioactive que l’explosion initiale. Notons qu’en réponse à l’accident initial, une zone d’exclusion d’un rayon de 10 kilomètres a été créée 36 heures après l’accident.

Tchernobyl
— Serkant Hekimci / Shutterstock.com

La zone ne sera certainement pas habitable avant 3 000 ans

Par la suite, la zone d’exclusion a été portée à un rayon de 30 kilomètres. Et après des recherches plus approfondies, il a finalement été décidé que pour assurer la sécurité de tous, la zone d’aliénation engloberait une superficie d’environ 2 600 kilomètres carrés autour du lieu du sinistre. Jusqu’à aujourd’hui, cette zone d’exclusion est maintenue et elle est considérée comme étant l’un des endroits les plus radioactifs au monde. Étant donné que la catastrophe s’est produite il y a 36 ans, la zone est en grande partie redevenue forestière et a été envahie par la faune.

Quant à savoir quand la zone redeviendra habitable – c’est-à-dire débarrassée de toute radiation et toute autre retombée nucléaire –, les estimations sur le sujet sont très variables. Si les autorités ukrainiennes ont estimé que la zone ne représentera plus de danger pour la santé humaine d’ici 300 ans, de nombreux experts affirment que cela ne se fera probablement pas avant 3 000 ans. Par ailleurs, il faut savoir que les retombées radioactives ne se dissiperont pas de manière égale sur toute la zone, dans la mesure où certains endroits sont plus contaminés que d’autres.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments