― Joni Hanebutt / Shutterstock.com

Volkswagen vient de signer un accord majeur avec le Qatar pour fournir à l’horizon 2022 des dizaines de véhicules de transports en commun, électriques et autonomes. Une manière pour le pays et la marque de s’avancer en champions des mobilités propres et autonomes, en bénéficiant de la visibilité mondiale qu’offre la Coupe du monde de football.

À travers le monde, les véhicules autonomes deviennent une réalité

En février dernier, le deuxième Autonomous Vehicles Readiness Index, rapport annuel sur le développement à travers le monde des modes de transport autonomes (c’est-à-dire sans conducteur et pilotés par des IA), constatait l’importance de la progression du nombre de projets en cours, en développement ou déjà aboutis, en l’espace d’une seule année. Les transports en commun autonomes deviennent une réalité, et le phénomène s’accélère.

Si, en 2018, une première ligne de transport en commun autonome ouvrait dans une petite ville suisse, à proximité d’un lieu touristique, CNN rapporte que des tests sur des navettes sans chauffeur ont eu lieu notamment aux États-Unis, en France, en Suisse depuis 2016.

Des installations se sont multipliées dans les métropoles à travers le monde, sous la forme de petites navettes —développées par exemple par Navya ou le français EasyMile — pouvant transporter une dizaine de passagers. Il y a quelques mois, Volvo passait à un gabarit supérieur en testant à Singapour les tout premiers bus autonomes (12 mètres de long).

Un accord d’ampleur pour un événement majeur

Le 14 décembre dernier, la ville de Doha (Qatar) a signé avec Volkswagen le « Project Qatar Mobility », un accord d’importance pour développer une flotte de navettes autonomes à travers la ville pour la Coupe du monde de football 2022.

« Pour le plus grand événement sportif du monde, le Qatar sera ainsi le lieu du premier système de transport sans émission, électrique et autonome au monde », annonce le communiqué officiel de la marque allemande.

Le système inclura des navettes et des bus pour différents usages : le QIA (Qatar Investment Authority), représentant le pays, et Volkswagen « vont travailler main dans la main pour développer les infrastructures physiques et numériques nécessaires pour intégrer naturellement une flotte de véhicules autonomes dans le système de transports publics de Doha déjà existant ». Le réseau devrait comporter 35 véhicules autonomes et électriques, nommés ID. BUZZ AD sur des voies aménagées, associés à 10 bus autonomes Scania pour transporter les groupes plus larges.

Les premiers tests sur route fermée sont prévus en 2020, pour un essai en conditions réelles dès 2021. En se montrant comme une vitrine de la modernité et de la mobilité propre lors d’un des événements les plus suivis au monde, le Qatar espère ainsi s’offrir une image de marque dans le monde entier. Le PDG de Volkswagen, Herbert Diess, annonce déjà un tournant : « Nous allons apprendre de cette expérience en conditions réelles et utiliser le projet comme tremplin — pour des générations à venir. »  

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de