— Lynsey Grosfield / Shutterstock.com

Malgré l’absence de preuves concernant la transmission du Covid-19 d’un animal à un humain, les autorités d’une région espagnole ont décidé d’ordonner l’abattage de près de 100 000 visions de ferme. Cette décision drastique a été prise pour éviter la contamination des humains de la région, ont déclaré les responsables.

Au total, 92 700 visons dans une ferme du nord-est de l’Espagne devront être abattus après qu’environ 87 % d’entre eux ont été testés positifs au coronavirus, ont déclaré les responsables sanitaires de la région d’Aragon, dans la province de Teruel. Selon le journal El Mundo, l’épidémie à Aragon a été découverte après que l’épouse d’un employé de ferme a contracté le virus au mois de mai. Par la suite, son mari et six autres ouvriers agricoles ont également été testés positifs à la maladie. Les employés de la ferme pensent que ces individus auraient pu être infectés par les visons.

Dans un premier temps, les visons ont juste été isolés ; mais il a ainsi été finalement décidé qu’ils seraient abattus en suivant la loi nationale sur la santé animale. Il est à savoir que les visons de ferme sont élevés pour leur fourrure et que l’abattage de ces animaux est une grande perte pour les éleveurs. Face à cette catastrophe économique, les autorités ont déclaré qu’une compensation financière serait accordée à la société qui gère la ferme de La Puebla de Valverde, a rapporté BBC. Par ailleurs, cette ferme ne sera sans doute pas la seule à devoir abattre ses visons. Selon The Guardian, 25 autres fermes seraient déjà contaminées.

Par ailleurs, l’Espagne ne sera pas le seul pays à devoir abattre ses visons. Des cas de visons d’élevage infectés au coronavirus ont également été signalés aux Pays-Bas et au Danemark.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de