— peterschreiber.media / Shutterstock.com

Des chercheurs australiens ont récemment identifié un moyen prometteur de contourner la résistance aux antibiotiques développée par les super-bactéries. La nouvelle approche implique l’utilisation de virus bactériophages, chargés de « distraire » ces dernières.

Une véritable course aux armements biologiques

Les antibiotiques ont constitué l’une des plus importantes percées médicales du XXe siècle, sauvant d’innombrables vies en éradiquant des infections qui se révélaient auparavant mortelles. Malheureusement, leur surutilisation a depuis entraîné une véritable course aux armements biologiques, avec des bactéries évoluant rapidement et développant des défenses de plus en plus efficaces face à ces composés. Selon les experts, si cette tendance se poursuit, la résistance aux antibiotiques pourrait causer la mort de 10 millions de personnes par an d’ici 2050.

Afin de trouver de nouveaux traitements potentiels pour combattre les super-bactéries, les chercheurs se tournent depuis quelques années vers des concepts précédemment écartés, avec en tête de liste la phagothérapie, qui s’appuie sur les bactériophages (de minuscules virus s’attaquant exclusivement aux bactéries). Les antibiotiques ayant été découverts peu de temps après les phages, les thérapies les impliquant avaient jusqu’à présent été globalement peu développées.

Pour cette nouvelle étude, récemment présentée dans la revue Nature Microbiology, les chercheurs de l’université Monash ont entrepris d’identifier un phage capable de cibler et de tuer la bactérie multirésistante Acinetobacter baumanii. Particulièrement opportuniste, celle-ci est souvent contractée dans les hôpitaux, et constitue actuellement la cible numéro 1 sur la liste établie par l’Organisation mondiale de la santé.

En octobre dernier, les scientifiques de l’université Monash avaient été les premiers à démontrer que les bactéries pouvaient contourner les lois de l’Évolution afin de développer une résistance aux antibiotiques — AnaLysiSStudiO / Shutterstock.com

Resensibiliser les super-bactéries aux antibiotiques grâce aux phages

Trouvé dans les eaux usées, le phage sélectionné par les chercheurs a éradiqué presque complètement A. baumannii lors de tests réalisés sur des lignées cultivées en laboratoire. Bien que l’effet se soit révélé de courte durée et qu’il n’ait fallu que quelques heures avant que la bactérie ne développe une résistance aux phages, ce processus a également eu pour effet de la rendre à nouveau vulnérable aux antibiotiques.

« A. baumannii produit une capsule, une couche extérieure visqueuse et collante qui la protège et empêche l’entrée des antibiotiques », explique Gordillo Altamirano, auteur principal de l’étude. « Nos phages utilisent cette même capsule comme point d’entrée pour infecter la cellule bactérienne. Dans un effort visant à échapper aux phages, A. baumannii arrête de la produire, ce qui nous permet de l’attaquer à nouveau efficacement avec les antibiotiques. »

Lors de tests réalisés sur des souris, l’approche a permis de resensibiliser la bactérie à au moins sept antibiotiques différents auxquels elle était auparavant résistante, ce qui suggère que les deux méthodes pourraient à l’avenir être utilisées en tandem.

3
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
ChristofornesFirstathena Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
athena
Invité
athena

Foutez donc la paix aux dragons de Komodo, derniers vestiges de la préhistoire ! Introduire des virus pour combattre des bactéries, c’est le pompon ! On joue encore une fois à l’apprenti sorcier ! Des virus qu’on ne contrôlera plus, des A.I. (intell.artificielles) qu’on ne contrôle déjà pas ….. ETES… Lire la suite »

Michel First
Membre
Michel First

On n’arrête pas le progrès.
Mon frère est DCD suite à une invasion de staphilo dorés.
Les anti-bio ont eté impuissants.