Tube de lave typique de la grotte de Surtshellir — © Dave Bunnell / Under Earth Images / Wikimedia Creative Commons

Des archéologues américains ont découvert les restes d’artefacts exotiques dans une grotte volcanique islandaise que les Vikings associaient au Ragnarök, au cours duquel les dieux seraient tués et le monde englouti par les flammes.

Des offrandes pour éviter le Ragnarök

La grotte étudiée par les chercheurs se situe à proximité d’un volcan étant entré en éruption il y a près de 1 100 ans, peu de temps après que les Vikings ont colonisé l’Islande. Les analyses réalisées ont montré que ces derniers y avaient érigé à l’aide de rochers une imposante structure en forme de bateau, à l’intérieur de laquelle des ossements d’animaux (moutons, chèvres, bovins, chevaux et porcs) auraient été brûlées dans le but d’éviter le Ragnarök.

« Les impacts de cette éruption ont dû être troublants, posant des défis existentiels aux colons nouvellement arrivés en Islande », a estimé Kevin Smith, conservateur en chef du Musée Haffenreffer d’anthropologie de l’université Brown et auteur principal de la nouvelle étude, parue dans le Journal of Archaeological Science.

Près de la structure, les archéologues ont découvert 63 perles, dont trois provenaient d’Irak, ainsi que des restes d’orpiment, minéral originaire de l’est de la Turquie qui était à l’époque utilisé pour décorer des objets, mais dont très peu d’exemples ont été trouvés en Scandinavie.

Cliché de la structure en forme de bateau

Les documents historiques indiquent que les Vikings associaient la grotte à Surt, géant de la mythologie nordique qui serait à l’origine de la série d’événements connue sous le nom de Ragnarök. Selon la mythologie viking, « le monde prendrait fin lorsque Surt, un être élémentaire présent lors de sa création, tuerait le dernier des dieux dans la bataille du Ragnarök, puis le réduirait en cendres », ont détaillé les chercheurs.

« Dans la mythologie viking, Freyr meurt en combattant Surt et ne peut empêcher la fin du monde »

Les Vikings ayant été amenés à voyager jusqu’au Moyen-Orient, il est probable que des artefacts aussi rares et exotiques soient arrivés en Islande par des voies commerciales. Toutefois, les archéologues ignorent la raison exacte de leur présence dans la grotte. Les deux principales hypothèses envisagées estiment qu’ils auraient été destinés à apaiser la colère de Surt, ou à renforcer le pouvoir de Freyr, dieu viking de la fertilité ayant combattu le géant.

« Dans la mythologie viking, Freyr meurt en combattant Surt et ne peut empêcher la fin du monde. La présence de nombreux ossements d’animaux, considérés comme un symbole de fertilité, soutient l’idée que les objets ont été placés là pour renforcer Freyr dans l’espoir qu’il puisse vaincre Surt et ainsi stopper le Ragnarök », a déclaré Smith.

S’étant convertis au christianisme il y a environ 1 000 ans, les Islandais ont rapidement cessé de déposer des objets et offrandes dans la grotte, mais cette dernière a continué à être associée à la fin du monde. Selon une croyance locale, celle-ci constituerait même « l’endroit où Satan émergera le jour du Jugement dernier ».

Vue de l’intérieur de la grotte de Surtshellir — © Jabbi / Wikimedia Creative Commons

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de