Découvrez les films de science-fiction des années 1950 que vous regarderez encore avec plaisir aujourd’hui

La science-fiction a toujours été un genre très en vogue au cinéma, et cela ne date vraiment pas d’hier. Très tôt, le septième art s’est emparé du sujet, et dans les années 1950 déjà, Hollywood nous gratifiait de quelques petits chefs-d’oeuvre du genre. On revient avec vous sur ces films de science-fiction qui font encore plaisir à voir aujourd’hui.

 

La Guerre des mondes – 1953

Le film La Guerre des mondes réalisé par Steven Spielberg en 2005 et dans lequel figure Tom Cruise n’est pas la première adaptation du célèbre roman d’H.G. Wells. Dès 1953 les studios Paramount décidaient de porter à l’écran ce jalon inoubliable de la littérature de science-fiction. Percluse d’effets spéciaux révolutionnaires pour l’époque, cette première version cinématographique de La Guerre des mondes empreinte de mysticisme met en scène une attaque extraterrestre dévastatrice perpétrée par d’élégants vaisseaux… Un film visionnaire qui a marqué l’imaginaire collectif.

 

Le Jour où la Terre s’arrêta – 1951

La majorité des films d’invasions extraterrestres réalisés aux États-Unis dans les années 1950 sont symptomatiques de la guerre froide et de l’état de paranoïa dans lequel se trouvait la population américaine. Cependant dans ce flot d’extraterrestres hostiles, Klaatu se démarquait. Cet extraterrestre d’apparence parfaitement humaine venait sur Terre, dans Le Jour où la Terre s’arrêta, pour prévenir l’humanité du danger qu’elle courait à développer trop d’armes nucléaires. À contre-courant de ce qui se faisait autrement à l’époque, Le Jour où la Terre s’arrêta dispense un message ouvertement pacifiste et montre que les humains devraient se craindre eux-mêmes plutôt qu’une menace venue d’ailleurs. Ce qui l’a rendu culte, avec la fameuse phrase « Klaatu barada nikto » qui permet de contrôler Gort, l’énorme robot menaçant qui assure la sécurité de Klaatu.

 

L’Invasion des profanateurs – 1956

L’Invasion des profanateurs de sépultures (titre français complètement hors-sujet puisque le titre original est Invasion of the Body Snatchers et qu’il n’est jamais question de profanations de sépultures dans le film) est lui aussi devenu une oeuvre complètement culte. Dans ce monument d’angoisse, les extraterrestres prennent une apparence humaine et volent, au sens propre comme au figuré, la place des individus qu’ils contaminent. La menace est donc partout, symbolisant au passage que les atteintes à un mode de vie ou à l’intégrité d’un individu peuvent prendre un aspect bien plus insidieux que celui d’une horde d’envahisseurs.

 

La Chose d’un autre monde – 1951

Autre immense classique, La Chose d’un autre monde a fait l’objet d’un remake tout aussi fameux en 1982 réalisé par John Carpenter, The Thing. Film d’horreur avant l’heure, La Chose d’un autre monde se déroule dans un espace confiné du grand nord en Alaska où les uns veulent parlementer avec une mystérieuse créature retrouvée dans la glace et les autres la détruire. Dans les faits, la chose en question ne se préoccupe que de tuer les occupants de la station avec ses méthodes un brin « particulières ». Ici le monstre est seul, et plus qu’inamical il semble complètement impossible de communiquer avec lui… une vision autrement plus déstabilisante de la créature venue d’ailleurs.

 

L’Homme qui rétrécit – 1957

L’Homme qui rétrécit est un film qui a marqué les esprits et qui impressionne encore aujourd’hui par son jeu sur les ordres de grandeur. Comme le titre l’indique, on y suit un homme frappé par un étrange mal qui le fait rétrécir encore et encore jusqu’à ce qu’il devienne absolument minuscule… Au-delà du tour de force technique et visuel, L’Homme qui rétrécit se donne mine de rien la peine d’interroger notre société quant à la place qu’elle réserve à ceux qui sont différents, mais entame également rien de moins qu’une réflexion sur la place de l’être humain dans l’univers… Bref un classique distrayant et plus profond qu’il n’y parait.

 

Ces films ont, par leurs effets spéciaux ou leurs messages, plutôt bien vieilli et on ne se lasse pas de les regarder. Quand on voit comment, par moment, les créateurs de films d’aujourd’hui manquent d’imagination, ils feraient bien de s’inspirer un peu de ces films aux idées originales et bien trouvées 🙂 ! Et vous, lequel de ces films avez-vous envie de (re)découvrir ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux