— Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

Actuellement, plus de 4 000 variants du Covid-19 sont apparus dans le monde. Récemment, ces nouveaux variants ont été source de beaucoup d’inquiétude, et l’un d’entre eux ayant été trouvé en Belgique a soulevé de nombreuses questions. Au final, il semblerait pourtant que ce « variant belge » aurait en fait trouvé ses racines en République démocratique du Congo.

Un variant déjà présent dans au moins 17 pays

Les autorités sanitaires belges ont annoncé la découverte d’un nouveau variant du Covid-19 à Liège. Ce variant belge serait déjà responsable d’environ 4 % des contaminations dans le pays. Dénommé B.1.214, les scientifiques belges sont inquiets au sujet de ce nouveau variant du virus dans la mesure où il est potentiellement plus contagieux et plus dangereux que la majorité des autres souches ayant déjà été découvertes. De plus, les chercheurs ont constaté que le variant présentait « une mutation qui n’a quasiment jamais été observée jusqu’ici », a initialement rapporté le quotidien belge Le Soir.

Mais il semblerait finalement que ce variant ne soit pas si rare puisqu’il est déjà présent dans au moins 17 pays, dont la Suisse, le Danemark et la France. Par ailleurs – contrairement à l’annonce initiale du département de génétique médicale du CHU de Liège – ce variant n’est pas apparu pour la première fois en Belgique, mais en République démocratique du Congo, selon Le Figaro. Plus important encore, le variant y a été observé depuis au moins le mois d’avril 2020, soit trois mois avant sa découverte en Belgique.

— peterschreiber.media / Shutterstock.com

Il présente des mutations jamais observées

C’est notamment grâce aux données de Gisaid – une coalition internationale qui favorise le partage de données sur la grippe aviaire et autres maladies contagieuses – que l’on a pu déterminer que ce variant belge est en fait d’origine congolaise. Par ailleurs, l’apparition de ce variant au Congo a été confirmée par une étude réalisée par une équipe de chercheurs congolais et allemands. Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue Scientific Reports. « C’est nous qui avons confirmé l’origine de ce variant à partir d’échantillons collectés en novembre et décembre dans la République du Congo », a ainsi précisé le Pr. Thirumalaisamy P. Velavan, coauteur de l’étude, au Figaro.

Par ailleurs, contrairement à ce que les chercheurs belges ont redouté, ce variant n’est ni plus contagieux, ni plus dangereux que les autres souches du virus. Toutefois, il présente effectivement une mutation tout à fait singulière, a rapporté Le Dauphiné. De manière générale, lorsque le Covid-19 mute, cela se fait essentiellement par un ajout dans sa séquence génomique. Mais dans le cas de ce variant belge d’origine congolaise, la mutation s’est faite par délétion, ou par suppression d’un bout de génome.

Si ce variant n’est donc pas particulièrement inquiétant, il reste sous surveillance pour cette raison. Quant à savoir comment les scientifiques belges ont pu commettre cette erreur, cela pourrait provenir d’un défaut dans la transmission des données au moment où les chercheurs belges ont réalisé leur étude. En effet, il est possible que les scientifiques congolais n’aient pas encore intégré leurs travaux dans la base de données lorsque l’équipe belge a découvert le variant en Belgique au mois de janvier.   

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de