Le Covid-19 continue de faire de nombreuses victimes à travers le monde. Bien que plusieurs vaccins soient déjà disponibles, l’apparition de nouveaux variants du virus complique la situation. D’après un communiqué de l’Institut de recherche de l’armée américaine Walter Reed, cette dernière serait en train de développer un vaccin permettant de combattre tous les variants du coronavirus.

Le vaccin a prouvé son efficacité sur des primates

« L’émergence accélérée des coronavirus humains au cours des deux dernières décennies et l’augmentation des variants du SARS-CoV-2, y compris le plus récemment Omicron, soulignent le besoin continu de vaccins préventifs de nouvelle génération qui confèrent une large protection contre les maladies à coronavirus », a expliqué Kayvon Modjarrad du Walter Reed.

Le vaccin baptisé SpFN (Spike Ferritin Nanoparticle) aurait prouvé son efficacité sur des primates lors des études précliniques. Celles-ci auraient notamment démontré qu’il permet de produire de fortes réponses immunitaires contre plusieurs variants du SARS-CoV-2 et d’autres coronavirus.

Deux doses du vaccin administrées à 28 jours d’intervalle auraient notamment permis de protéger les primates contre les variants Alpha, Beta, Gamma et Delta. En outre, ils auraient également permis de les protéger contre le SARS-CoV-1, qui est à l’origine d’une épidémie de SRAS ayant fait 774 victimes en 2002 et en 2003.

— Naeblys / Shutterstock.com

Des essais cliniques sont encore nécessaires

Un essai clinique humain de phase 1 aurait déjà été effectué en avril 2021. Le vaccin aurait été testé chez un groupe d’adultes en bonne santé. Les résultats de cet essai n’ont pas encore été annoncés officiellement, mais Modjarrad a indiqué le mois dernier que tout s’est déroulé selon les espérances des chercheurs.

Outre l’essai clinique de phase 1, les chercheurs devront encore effectuer des essais cliniques approfondis de phase 2 et 3 pour s’assurer de l’efficacité et de la sécurité du vaccin. Modjarrad explique que le SpFN doit être évalué dans le monde réel pour que les scientifiques puissent comprendre son fonctionnement chez un nombre plus important d’individus.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments