— Keitma / Shutterstock.com

Le géant pharmaceutique français a récemment annoncé que le vaccin contre le coronavirus qu’il développe serait mis sur le marché d’ici mi-2021 et ne nécessiterait pas d’être conservé au congélateur.

Un vaccin abordable et plus simple à acheminer

En fin de semaine dernière, Olivier Bogillot, président de Sanofi France, a annoncé que le candidat vaccin actuellement développé par ses laboratoires n’aurait pas besoin d’être conservé à très basse température et serait proposé à un prix « abordable », sans fournir de détails supplémentaires. « Notre vaccin sera comme le vaccin contre la grippe, vous pourrez le conserver dans votre réfrigérateur », a-t-il notamment déclaré, estimant que cette spécificité constituerait « un avantage pour certains pays ».

Ces déclarations sont intervenues quelques jours après que Pfizer a annoncé une efficacité de 90 % pour son candidat vaccin, faisant actuellement l’objet d’essais cliniques de phase 3. Le laboratoire et son partenaire BioNTech s’étant également engagés à fournir environ 50 millions de doses d’ici la fin de l’année, et jusqu’à 1,3 milliard en 2021. Problème de taille : leur composé doit être conservé à -70 °C pour conserver son efficacité, et il se trouve que de nombreux établissements de santé dans le monde ne disposent pas de dispositifs réfrigérés permettant d’assurer leur stockage dans de telles conditions.

« Assurer l’acheminement des vaccins Pfizer depuis le site de production représente un défi logistique considérable, même pour les pays occidentaux », a notamment souligné Rachel Silverman, collaboratrice du Center for Global Development.

— M-Foto / Shutterstock.com

Objectif : un milliard de doses d’ici fin 2021

Sanofi a indiqué que les résultats des essais de phase 2, impliquant des centaines de sujets, devraient être rendus publics début décembre. Si ceux-ci sont positifs, les essais de phase 3, portant sur plusieurs milliers de sujets, débuteront en même temps que la production de masse du vaccin. La société estimant que celui-ci pourrait être distribué « dès le mois de juin 2021 ».

Le composé développé par le laboratoire français fait partie de la trentaine de vaccins Covid-19 actuellement en développement (dont 11 ont fait l’objet d’essais de phase 3, constituant les ultimes étapes avant l’homologation). Si Bogillot a concédé que le vaccin Pfizer était à un stade de développement plus avancé, il a rappelé que le géant américain ne serait pas en mesure de fournir des doses de vaccins pour l’ensemble de la planète.

Pour Sanofi, l’objectif est « d’arriver à la fin 2021 avec un milliard de doses ». À l’heure actuelle, on ignore si une ou deux doses du composé seront nécessaires pour conférer une immunité durable face au virus.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de