– joel bubble ben / Shutterstock.com

L’Union européenne (UE) a signé un contrat avec Moderna, un laboratoire américain, pour une commande de 80 millions de doses de vaccin contre le coronavirus. C’est le 5e accord de ce type que l’Union européenne signe avec un laboratoire pharmaceutique.

Un accord de 80 millions de vaccins

Moderna, jeune « biotech » américaine, est actuellement l’une des plus avancées en matière de vaccin contre le coronavirus. En effet, elle dispose d’un candidat vaccin en « phase 3 » des essais cliniques sur l’humain. À peine installée en Europe, la firme signe une commande avec l’Union européenne. Et pas n’importe quelle commande : en effet, l’organisation supranationale a réservé 80 millions de doses de vaccin contre le Covid-19.

Sitôt cette première commande passée, les protagonistes en ont profité pour rajouter « une option pour l’achat d’un maximum de 80 millions de doses supplémentaires« . La commande se fait sur le candidat vaccin ARNm-1273, de Moderna, et le contrat sera effectif quand la firme aura été en capacité de démontrer son innocuité et son efficacité contre le Covid-19.

5e contrat de ce type

Ce n’est pas le premier contrat que l’Union européenne signe avec des laboratoires. En effet, cette dernière avait déjà passé commande de 300 millions du vaccin en préparation du français Sanofi, 400 millions de chez Johnson & Johnson (États-Unis), 225 millions chez CureVac (Allemagne). Enfin, le 14 août, avec le groupe suédo-britannique AstraZeneca, elle a signé un contrat pour 300 millions de doses de vaccin, et une option pour 100 supplémentaires.

« Nous investissons dans des entreprises utilisant des technologies diverses, afin d’accroître nos chances de disposer de vaccins sûrs et efficaces », a expliqué Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. De leur côté, les États-Unis mettent également de l’argent sur la table pour avoir des vaccins. Ainsi, ils ont déjà réservé 2 milliards pour 100 millions de doses de vaccin, et Moderna lui a promis de premières injections dès septembre.

L’Union européenne sécurise son accès à un futur vaccin contre le Covid-19 en signant des contrats avec des firmes pharmaceutiques qui travaillent activement dessus. Le dernier en date est le plus avancé, mais toutefois pas le plus sûr. Reste à savoir quand un vaccin sera prêt.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de