Alors que certaines maladies font de véritables ravages parmi les ruches, deux chercheurs semblent avoir trouvé une solution efficace pour soigner les abeilles. Désormais, il est possible de les vacciner, permettant ainsi de les rendre plus résistantes à certaines bactéries particulièrement dangereuses. 

 

LA LOQUE AMÉRICAINE, VÉRITABLE FLÉAU DES COLONIES 

Classée récemment comme espèce menacée, l’abeille est victime de la destruction de l’environnement, des pesticides mais aussi de certaines maladies. Parmi ces maladies, la loque américaine est l’une des plus redoutables. Cette maladie infecte les colonies et les contamine jusqu’à la mort. La responsable de cette épidémie est la bactérie Paenibacillus larvae.

Elle produit des spores qui se déposent sur les aliments des jeunes larves. Une fois ingérées, les spores se multiplient dans le corps des larves entraînant sa mort, sa décomposition en masse brune et surtout une contagion importante. Quand une colonie est touchée, la seule solution pour la traiter est de brûler la ruche touchée pour éviter que la maladie se propage.

 

UN VACCIN POUR ENDIGUER CETTE MALADIE ?

La piste d’un vaccin pour éradiquer cette bactérie est la solution la plus simple pour venir à bout de la loque américaine. Deux scientifiques suédois, Dalial Freitak et Heli Salmela, ont choisi de se pencher sur la question, pourtant, développer un vaccin pour insectes est loin d’être facile.

La vaccination fonctionne comme un apprentissage pour les anticorps. Un vaccin contient une souche atténuée ou modifiée d’un microbe que les lymphocytes assimilent, peuvent reconnaître en cas d’intrusion dans le corps et éliminer par la suite.

Or les insectes comme les abeilles ne fabriquent pas d’anticorps quand une bactérie est détectée. Les deux chercheurs ont donc dû ruser et ils ont trouvé une alternative pour vacciner les abeilles.

 

NOURRIR LA REINE POUR VACCINER LES FUTURES LARVES ?

C’est par la nourriture que les chercheurs ont fait une découverte. En réalisant des tests sur des mouches, ils ont constaté que celles qui mangeaient des aliments contenant certaines bactéries créaient une descendance plus résistante à la dite bactérie.

Il suffit donc de donner à la reine de la ruche de la nourriture contenant des morceaux de bactéries. Les larves qui naissent par la suite sont naturellement plus résistantes et peuvent donc survivre à la Paenibacillus larvae.

Le brevet de cette vaccination sans antibiotiques a été déposé en janvier dernier et des fonds ont été débloqués pour permettre sa commercialisation. Au vu de son succès, les chercheurs espèrent développer des vaccins similaires pour traiter d’autres infections mais aussi pour soigner d’autres animaux comme les oiseaux ou encore les poissons.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de